×
11 03.06.2019 21:46:55 21:46

Le gouvernement allemand plongé dans une nouvelle crise larvée

Treize mois après sa constitution, la coalition gouvernementale dAngela Merkel fait penser à un malade en soins palliatifs. « Prenez soin de vous », a déclaré lundi Andrea Nahles en guise dadieux au SPD dont elle a décidé de quitter la présidence du parti et du groupe parlementaire après la gifle prise aux élections européennes et dans le land de Brême.

Le départ du principal soutien au sein des sociaux-démocrates de la participation au gouvernement allemand aux côtés des conservateurs de lunion CDU-CSU alimente le scénario dune fin prochaine de cet attelage qui ne réussit à aucune des deux parties.Lire aussi : Les partenaires de la coalition allemande ne sont pas (encore) mûrs pour un divorce Le coup de poker dAngela Merkel Pour autant, leurs cadres semblaient encore sonnés par la déflagration causée par lannonce dAndrea Nahles dimanche.

Nul ne voulait ainsi se risquer à tirer des conclusions trop hâtives. Au sortir de deux jours consacrés au bilan des européennes avec sa direction, la présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, a redit lundi sa volonté que « ce gouvernement reste tourné vers lavenir, la CDU et la CSU sont prêtes à prolonger la coalition.

Cest au SPD de décider comment il souhaite se positionner ».Le SPD cherche son nouveau chefOr la réponse de ce dernier devrait se faire attendre, la question étant dabord pour lui de trouver un successeur à Andrea Nahles. Faute de candidats déclarés à ce poste risqué, qui a déjà vu défiler trois personnes en moins de trois ans et quune partie du SPD voudrait voir occuper par un duo, cest une présidence tricéphale qui assurera lintérim.

Celle-ci durera jusquà lorganisation délections dont la date na pas été encore arrêtée.Ce trio sera composé des ministres présidentes de Mecklembourg-Poméranie et de Rhénanie Palatinat, Manuela Schwezig et Malu Dreyer, ainsi que de Thorsten Schäfer-Gümbel, candidat du SPD défait à trois reprises aux élections régionales du land de Hesse .

Bien quidentifiées parmi les successeurs potentiels dAndrea Nahles, les deux femmes ont prévenu quelles souhaitaient se consacrer à leur mandat régional. Quant à celui que son parti surnomme TSG, il a déjà annoncé quil se retirerait de la vie politique à lautomne.La rentrée promet dêtre chaudeCest le temps imparti au SPD pour saccorder sur la structure et le profil de sa direction, laquelle fera lobjet dune réunion des cadres du parti le 24 juin.

Il devrait aussi y être question de la manière dont les sociaux-démocrates veulent tirer le bilan à mi-parcours de la coalition gouvernementale. A moins dune nouvelle poussée de fièvre, le gouvernement dAngela Merkel devrait donc tenir jusquà la rentrée.Il y a néanmoins peu de chances pour que ce laps de temps suffise à ses membres pour trouver enfin une raison de rester ensemble, hors la peur de subir des pertes lourdes lors de nouvelles élections fédérales.

. Les scrutins régionaux du 1er.....


code de nouvelles: 101187  |  Les Échos
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler