×
1 16.04.2019 08:51:41 08:51

Bars et vie nocturne : la nouvelle vague lédonienne

Derrière son comptoir, Élodie Menou s’excuse presque de devoir effectuer des allées et venues pour répondre aux sollicitations de ses clients. Cela fait déjà un an jour pour jour qu’elle et Baptiste Thénot ont repris le Troquet , rue Rouget-de-Lisle.
Le pari semble réussi pour ce duo qui n’avait jusque-là aucune expérience dans le monde des cafetiers. « On est resté sur la même dynamique de café-concert que les anciens gérants, plutôt axée rock », raconte la jeune fille de 23 ans.
« On a su garder la même clientèle et en ramener une nouvelle, plus jeune », poursuit-elle. Avec deux concerts par semaine, la dynamique est bien rodée pour ce bar qui propose aussi snacking et planches de charcuteries. Chacun son conceptUn peu plus loin, à La Taverne , Mathieu Moureau a choisi le créneau de la bière allemande et propose des références que l’on ne trouve pas ailleurs à Lons-le-Saunier.
« La spécificité de la bière allemande est sa recette très basique. Elle garantit une certaine pureté et nous permet de proposer des tarifs intéressants », explique le gérant, qui fait travailler deux employés. Ici, bretzels et bâtonnets de carottes crues vont avec la pinte.
« On propose aussi de la limonade allemande et des mojitos au Jägermeister® », poursuit-il.Depuis son ouverture en juin 2018, le successeur du Cygne a gardé son côté troquet, la rénovation en plus. « On vise une clientèle qui cherche un bar calme à côté de ceux qui proposent de la musique et des animations.
 » DJ set, animations et mixologie. C’est justement la recette qu’ont choisi Martin Deriaux et Alexandre Prillard. En reprenant en juin dernier le QG , rebaptisé La Paix , en hommage au premier du nom, tous deux ont misé sur un lieu dynamique. « Quand on a ouvert, la Coupe du monde et la météo ont été propices aux affaires.
Depuis, les blind tests , la musique diffusée sur la terrasse, les happy-hours ou encore les fermetures tardives pour certains événements nous ont permis de nous démarquer », affirme Alexandre Prillard. Et cela semble plutôt bien marcher puisqu’ils envisagent d’embaucher leur serveuse, actuellement en CDD.
Stéphanie Gaudillère, la nouvelle gérante du Café du Palais depuis novembre, préfère quant à elle ne pas s’enfermer dans une thématique. « Dans une ville comme Lons-le-Saunier, ce n’est pas forcément ce qui permet de bien marcher.
. Chez moi,.....
Histoire complète

code de nouvelles: 11348  |  Le Progrès
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Mots clés

Dernières nouvelles Économie

Mécanos solidaires, une affaire qui roule
la-croix
.
.
Article publié dans Pèlerin n° 7116Au volant de sa camionnette blanche, Théo Le Cléach met le cap vers le sud de l’Orne. Le ...