×
1 16.04.2019 08:51:41 08:51

Le garage solidaire du Jura exemple pour les autres départements ?

Le garage solidaire du Jura génère quatre emplois. Sa trésorerie équilibrée a permis d'ouvrir un second garage à Pontarlier en 2018 qui compte deux salariés. Un 3e garage ouvrira ses portes en juillet 2019 à Besançon. Il y a 4 ans, le premier garage solidaire ouvrait ses portes Photo Mathilde VILLEMINOT Il s’est inspiré d’un garage de Grenoble.
Il y a 4 ans, Christophe Gruet a créé le premier garage solidaire du Jura.« L’idée, c’était de permettre aux personnes ayant de faibles revenus de pouvoir faire réparer leur voiture à bas coûts », explique ce dernier, ingénieur de formation.
 «C'était une forme d'autonomie liée à une passion qu'est la mécanique et à une action sociale», poursuit le directeur de l'association. Lors d'une période de chômage, il a travaillé durant une année pour porter ce projet.
« L'établissement est un garage traditionnel, inscrit à la chambre des métiers, avec des mécaniciens professionnels mais le fonctionnement est différent puisque le garage solidaire est une association à but non lucratif et reconnu d'intérêt général par l'administration fiscale » indique Christophe.
Le lieu propose trois services. la réparation de toutes marques de véhicules à tarifs préférentiels (40 % moins élevés), la vente d'automobiles remises en état, passée au contrôle technique et garantie pour moins de 3000 euroset la location de véhicules à 7 € par jour pour l'accès à l'emploi et aux soins.
Le coefficient familial de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) sert de base pour accepter ou non les personnes qui viennent faire réparer leur véhicule. Le garage recrute Le nerf de la guerre, c'est la donation"Nous comptons beaucoup sur les dons de véhicules, de matériels ou monétaires de particuliers ou d'entreprises.
Après estimation du véhicule, le don donne droit à une réduction d’impôts de 66%. Il n'y pas d'impact avec la prime à la conversion qui a des critères sévères et le donateur qui n'a aucune responsabilité de vice du véhicule et pas besoin de contrôle technique.
"Mais pour continuer de fonctionner, "nous recherchons aussi des partenaires privés ou publics qui gèrent un parc automobile. Récemment on nous a fait don de cinq véhicules. Ce geste social permettrait de pérenniser le système. L'idéal serait d'avoir des partenariats avec des.
.....
Histoire complète

code de nouvelles: 11350  |  Le Progrès
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Nouvelles connexes

Dernières nouvelles Économie

Mécanos solidaires, une affaire qui roule
la-croix
.
.
Article publié dans Pèlerin n° 7116Au volant de sa camionnette blanche, Théo Le Cléach met le cap vers le sud de l’Orne. Le ...