×
20 12.06.2019 09:35:54 09:35

Brexit. Levée de boucliers européens contre les menaces de Boris Johnson

Dimanche, Boris Johnson a entamé sa campagne pour devenir le prochain Premier ministre britannique en menaçant l’Union européenne d’un Brexit sans accord au 31 octobre et d’un non-paiement de la “facture” européenne britannique. Le favori pour le poste a promis un rapport de force avec le continent pour renégocier l’accord conclu entre le gouvernement de Theresa May et l’UE.

 Face aux menaces, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s’est montré très clair mardi 11 juin, rapporte Le Soir : “Ce n’est pas un traité entre Theresa May et Jean-Claude Juncker, c’est un traité entre le Royaume-Uni et l’UE, il doit être respecté par le prochain Premier ministre britannique quel qu’il soit.

” Selon le quotidien belge, M. Juncker a martelé que “l’accord ne sera pas renégocié”. Macron prédit “le chaos” pour l’économie britanniqueD’après The Daily Telegraph, Emmanuel Macron a également prévenu Boris Johnson que ne pas payer les engagements financiers pris par le Royaume-Uni vis-à-vis de l’Union européenne “plongerait l’économie britannique dans le chaos”.

 La “facture du Brexit” correspond aux sommes que Theresa May a accepté de verser aux prochains budgets européens, soit de 35 à 39 milliards de livres (39 à 44 milliards d’euros).The Daily Telegraph cite aussi “une source proche de Macron” qui aurait affirmé au journal britannique que ne pas payer la facture du Brexit “serait l’équivalent d’un défaut de paiement de la dette souveraine”, entraînant un déclassement significatif de l’économie britannique par les agences de notation et un effondrement de la valeur des obligations d’État.

À lire aussi: Datavisualisation. L’heure des comptes : le Brexit en chiffresLe négociateur du Parlement européen sur le Brexit, Guy Verhofstadt, a lui aussi mené la charge contre l’ancien ministre des Affaires étrangères britannique, rapporte le Telegraph : Non seulement la crédibilité du Royaume-Uni comme partenaire international serait atteinte, mais c’est absolument inacceptable et cela va à l’encontre de ce que pensent la quasi-totalité des juristes britanniques.

”Dans un entretien au Sunday Times publié dimanche, Boris Johnson assurait : “Je pense que nos amis et partenaires doivent comprendre que l’argent sera conservé jusqu’à ce que nous soyons plus au clair sur ce qui nous attend. Pour obtenir un bon accord, l’argent est un excellent solvant et un très bon lubrifiant.

” Sélection de la rédactionRoyaume-UniBrexitRoyaume-Uni. Boris Johnson menace de ne pas payer la facture du Brexit s’il devient Premier ministreRoyaume-Uni. Theresa May démissionne et laisse un bazar sans nom à son successeurÉlections. Au Royaume-Uni, le jeune Parti du Brexit n’a pas réussi à entrer au ParlementRoyaume-Uni.

. À Londres, Trump s’immisce dans le Brexit et la succession de May Nos services
FORUM EXPAT 2019Venez concrétiser votre projet d’expatriation les 12 et 13 juin au Carreau du Temple. Entrée libre.Je participe >
JEU-CONCOURSDécouvrez si vous faites partie.....


code de nouvelles: 117464  |  Courrier International
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler