×
10 12.06.2019 11:12:32 11:12

Auto : pour Renault, la journée s'annonce très, très rude

Doté dun nouveau patron, Jean Dominique Senard, Renault doit faire face à une crise avec son partenaire japonais Nissan et son mariage raté avec Fiat-Chrysler.Pourquoi cest important. Autant daffaires imbriquées les unes avec les autres, et qui découlent toutes de larrestation de Carlos Ghosn, en novembre dernier.

Toutes sont susceptibles de peser sur la confiance des salariés, mais aussi des clients et des partenaires du groupe, dans un secteur automobile mis à rude épreuve par les scandales autour du diesel et les préoccupations écologiques. Cest lépreuve du feu pour le tout récent patron de Renault: Jean-Dominique Senard, nommé en urgence en février à la place dun Carlos Ghosn alors sous les verrous.

Il parcourt depuis un véritable chemin de croix: à 66 ans, lex-patron de Michelin, où son bilan est jugé excellent, il n’avait rien à prouver. Fils d’un diplomate et d’une mère aristocrate, réputé élégant et affable, catholique pratiquant, il avait dit venir chez Renault pour servir.

Jean-Dominique Senard: vite adoubé, vite contestéIl semblait aussi tempéré que Carlos Ghosn était fougueux: appelé pour sauver l’alliance avec Nissan, Jean-Dominique Senard est déjà fragilisé.En cause: il ne parvient pas à calmer les tensions au sein du partenariat automobile franco-japonais.

Ce week-end de Pentecôte, la rumeur de sa démission a même couru quelques heures. Certains le disent meurtri, fragilisé ou affirment qu’il n’est plus crédible.Ghosn parti, le ciment de lalliance se fissureLe groupe au losange ne fait plus confiance à Nissan - et vice-versa - sur fond de forte dégradation des relations depuis l’éviction de Carlos Ghosn, ciment historique de l’alliance.

Toute la relation avec Nissan a été conçue par et pour un seul homme en clé de voûte, Carlos Ghosn, résume un proche de Renault. Or, M. Ghosn était à la fois président et directeur général de Renault mais aussi président de Nissan et de l’autre allié japonais Mitsubishi, alors que M.

Senard n’est que président de Renault. Le pouvoir dune lettre...M. Senard a d’abord froissé Nissan en proposant une intégration dont Nissan ne veut pas. Puis, dépité, il a saisi l’offre de l’italo-américain Fiat-Chrysler... sans même prévenir Nissan.

. Dernier épisode en date, pendant le week-end de la Pentecôte: une lettre de Senard au patron de Nissan, Hiroto Saikawa, lui expliquant qu’il ne voterait pas la réforme de la gouvernance du groupe japonais. Motif: elle donnerait trop de.....


code de nouvelles: 117576  |  Le Dauphiné libéré
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler