×
3 12.06.2019 15:05:21 15:05

BLOG - La technologie, si elle constitue un progrès, doit être au service de l’Humanité tout entière

Carl Axel Arrhenius, aventurier suédois et disciple de Lavoisier, ne pouvait pas imaginer qu’en découvrant l’yttrium en 1787, le premier des éléments terres rares (ETR)[1], que ces matières se trouveraient au cœur des bouleversements géopolitique, social, économique et écologique induit par cette énième révolution industrielle que connaît notre civilisation.

Notre quotidien ne se conçoit pas sans elles et notre futur en dépendSans ces métaux, ces matières, pas de lasers infrarouges ou à rayons X, de panneaux photovoltaïques, de diodes luminescentes, d’horloges atomiques. Elles interviennent également dans la fabrication d’écrans de téléviseurs et d’ordinateurs, de systèmes de radar, de convertisseurs catalytiques, de super conducteurs et d’aimants permanents (notamment utilisés dans les moteurs électriques).

Jusqu’au récent ”éveil” de la Chine aux questions du partage de la valeur ajoutée et aux coûts environnementaux liés à l’exploitation de ces ressources, les rôles dévolus à chacun étaient relativement simples.

À nous, Occidentaux, les innovations technologiques et la plus-value, à eux les exploitations minières, la dégradation irréversible de leurs paysages, les cancers.Ce rapport de force, ce modèle centre-périphérie se traduit par l’émergence d’une dualité basée sur la complémentarité entre les ressources primaires et secondaires.

Primaires, parce qu’issues du sous-sol, et secondaires parce que recyclées à partir de produits en fin de vie. Bien sûr, il est difficile d’imaginer que les ressources secondaires puissent suffire pour satisfaire nos besoins. Il faut néanmoins les développer le plus possible, car elles permettent de réduire les flux de déchets et d’éviter les externalités liées à l’exploitation de ces ressources.

La Chine, maîtresse du jeuLa Chine, à la fois gros producteur et gros consommateur de métaux critiques, détient 44% des réserves, 88% de l’offre et 58% de la demande pour les seules terres rares[2]. La situation pourrait changer d’ici une décennie, car ce pays pourrait décider de réserver l’ensemble de sa production à ses seules entreprises, tant la demande de son industrie est importante.

. L’Europe craint cette dépendance. Elle cherche à diversifier ses approvisionnements. Une des nombreuses conséquences directes, des mines déchireront les entrailles d’autres.....


code de nouvelles: 118091  |  Le Huffpost
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler