×
8 12.06.2019 16:40:52 16:40

La moindre lumière peut vous empêcher de dormir

Une simple lueur de bougie peut affecter le sommeil des personnes sensibles. Cette sensibilité varie considérablement selon les individus et peut entraîner des conséquences graves sur tout notre organisme.Vous aimez nos Actualités ?Inscrivez-vous à la lettre dinformation La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.

Notre horloge biologique interne est étroitement liée à la lumière : les capteurs photosensibles de la rétine détectent le niveau lumineux et envoient un signal au système nerveux central qui produit la mélatonine, une hormone qui favorise lendormissement.

On sait ainsi quune exposition à la lumière avant le coucher perturbe gravement le sommeil, notamment la lumière bleue des écrans de smartphones et autres tablettes. Mais cette sensibilité varie considérablement selon les individus, révèle une étude de lUniversité de Monash (Australie) publiée le 28 mai dans la revue scientifique PNAS.


Certaines personnes voient leur taux de mélatonine diminuer de moitié dès 10 lux. © Andrew Phillips et al, PNAS, 2019 Les chercheurs ont suivi 55 personnes durant huit semaines en les exposant à des sources lumineuses de différentes intensités (entre 1 et 2.

000 lux) durant 5 heures, 4 heures avant le coucher jusquà une heure après. Résultat : à 25 lux en moyenne, soit la lumière émise par un écran électronique, la production de mélatonine est divisée par deux. Dès 10 lux, soit léquivalent dune faible liseuse, lendormissement est retardé de 22 minutes en moyenne.

À 50 lux, soit un éclairage intérieur classique, il vous faudra 109 minutes de plus pour tomber dans les bras de Morphée. Pour autant, tout le monde nest pas à égalité concernant cette sensibilité à la lumière : certains voient leur taux de mélatonine divisé par deux dès 6 lux, soit léquivalent de la lueur dune bougie, quand dautres supportent jusquà 350 lux.

PublicitéLa lumière artificielle produit un décalage horaire permanentCes variations ne sexpliquent pas encore très bien : la différence vient-elle de la rétine, plus ou moins sensible à la lumière, ou de la réponse au niveau du système nerveux central ? Toujours est-il que les personnes sensibles exposées le soir à la lumière artificielle se trouvent dans « un décalage horaire permanent », affirme Sean W.

. Cain, lun des auteurs de létude. Or, le manque de sommeil a de graves conséquences sur la santé. « Chacun de nos organes est régulé.....


code de nouvelles: 118306  |  futura-sciences
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler