×
3 12.06.2019 17:10:33 17:10

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Temps de lecture: 4 min Quoi de commun entre les footballeurs et les PDG? Pas grand-chose si ce nest le salaire. Au bas de léchelle, on voit bien, sans avoir besoin de mobiliser de lourdes statistiques, que lentrepreneur individuel soumis à la faillite na pas un sort bien différent du footballeur professionnel à la limite de lamateur, qui est durement exposé au chômage.

Les deux ont souvent du mal à joindre les deux bouts.Mais cest surtout en haut de léchelle que la similitude est frappante. Il suffit de consulter rapidement internet pour le voir: les champions du ballon rond touchent jusquà 21 millions deuros par an, une somme proche de celle perçue par les patrons du CAC 40.

À LIRE AUSSI À qui les Bleus rendent-ils service quand ils donnent à des associations?Concurrence (im)parfaiteCarlos Ghosn, au temps de sa splendeur, ne dépassait guère le Kylian Mbappé daujourdhui. Il en est de même au niveau international: Cristiano Ronaldo et Lionel Messi tournent autour de 100 millions deuros par an, soit cinq à six fois plus que les patrons de Netflix ou dApple.

On ne peut quêtre frappé par ces montants extravagants quand on les compare par exemple au revenu mensuel moyen national, de lordre de 25.000 euros.Léconomiste dira que lévidence de la comparaison est sommaire et quil faut la raffiner. Il ne portera pas de jugement moral sur les niveaux de rémunération, il recherchera sils concourent à lefficacité de léconomie, et pour cela, examinera la manière dont ces revenus se forment, le fonctionnement des marchés qui y conduisent.

Du côté des footballeurs, léconomiste verra jouer un mécanisme, le fameux mercato. Un système denchères non sans analogie avec celui qui régit la cote des peintres ou la vente de biens immobiliers. Le bon footballeur remplit les stades, donc les caisses de son club, qui en déduit le gain que son acquisition lui procurera et donc le prix quil peut payer pour lavoir.

À LIRE AUSSI Le salaire des patrons explose pour une raison inattendueAjoutons quen fixant cette enchère, il a une information quasi parfaite sur la qualité du produit quil achète –le footballeur. Même le non-spécialiste, devant sa télé, voit bien que Griezmann marque beaucoup de buts, fait de belles passes.

En termes danalyse économique, il ny a guère dasymétrie dinformation.Finalement, sous réserve de manœuvres du ressort de lautorité de la concurrence, on nest pas loin, au moins en principe, dune situation Pareto optimale, comme le disent les économistes, représentant les vertus bien connues de la concurrence parfaite.

.Rémunérations suspicieuses Ces vertus ne se retrouvent pas aussi.....


code de nouvelles: 118330  |  slate.fr
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler