×
1 24.06.2019 19:41:48 19:41

Quatuor Alfama : Schubert Forever

Le quatuor Alfama fête ses quinze ans avec Das Tod und das Mädchen, La Jeune fille et la Mort, le chef d’œuvre de Schubert, que complète une création de Jean-Luc Fafchamps avec la mezzo Albane Carrère. Un disque événement, dont Elsa de Lacerda, premier violon, retrace la genèse.  Interview La sincérité musicale des Alfama, qui a toujours pris le pas sur les visées marketing, séduit ses fans depuis les premiers jours.

Avec La Jeune fille et la mort, le quatuor s’attaque à un morceau de roi. Une nouvelle étape, reconnait d’emblée Elsa de Lacerda : Nous avons longtemps défendu un répertoire certes exigeant, mais un peu plus modeste. Voilà donc le disque de notre maturité !Qu’est-ce qui vous a poussé à franchir le pas ?Elsa de Lacerda : Il a fallu une longue gestation, car nous sommes un quatuor très démocratique.

Or ce projet exigeait une adhésion unanime. Peut-être est-ce parce que nous avons eu d’interminables et joyeuses négociations que, lors d’une tardive nuit bruxelloise, s’est soudain imposée l’envie irrépressible de nous attaquer à ce chef-d’œuvre.Quel regard portez-vous sur un tel monument ?Il s’agit d’une œuvre absolument parfaite.

Peu de pièces pour quatuors peuvent rivaliser avec elle. L’histoire tragique de cette jeune fille autour de laquelle virevolte la mort pose la question de l’absurdité de notre présence sur terre. Les quatre mouvements, qui sont les quatre visages de la jeune fille tentant d’échapper à son destin, associent violence extrême et infinie poésie, avec des pages typiques de l’élégance viennoise de Schubert.

Il n’y a pas un seul de ces mouvements, fait rare, que l’on a envie d’abréger ! Et certainement pas le dernier, extrêmement long et épuisant, mais une vraie course à l’abîme.cela ressemble à une épreuve ! C’en est une, physique, musicale, intellectuelle. Une telle œuvre vous plonge dans une autre dimension.

Nous sommes dans un état second, totalement dissociés de la réalité. Mais c’est vrai à chaque concert…Vous y associez une création de Jean-Luc Fafchamps autour de lieder de Schubert. Peu banal… Nous voulions retravailler avec la mezzo-soprano Albane Carrère, dont la voix est d’une telle puissance émotive.

Nous avons donc commandé à Jean-Luc Fafchamps une transcription pour quatuor de sept Lieder de Schubert. Jean-Luc, qui est aussi professeur d’analyse musicale au conservatoire de Mons, connaît magnifiquement cette musique. Le voyage qu’il propose démarre avec une interprétation proche du texte schubertien, qu’il transgresse peu à peu d’une manière très subtile pour amener les cordes sur un chemin plus contemporain.

Un magnifique tour de force.Votre quatuor aura bientôt 15 ans. c’est moins banal qu’il n’y paraît…Oui, beaucoup d’ensembles se déchirent. Mais il y a chez nous un lien authentique. Cela n’exclut pas les tensions ni les divergences mais toujours dans le respect et l’écoute. C’est aussi une aventure humaine, qui ne peut nier nos histoires privées, les aléas de la vie.

. Cela soude. Et puis,.....


code de nouvelles: 142251  |  RTBF
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler