×
36 05.07.2019 10:56:20 10:56

VIDEO. «Femmes indignes»: La justice enquête sur un groupe Facebook sexiste réunissant 56.000 hommes


La justice enquête sur un groupe Facebook secret sexiste et violent. — MARTIN BERNETTI / AFP Dans un groupe Facebook secret réunissant 56.000 hommes, les membres publiaient des photos de femmes nues dégradantes.

Sur ce groupe, les femmes y sont systématiquement qualifiées de « LV » pour « lave-verge » ou « lave-vaisselle ».La brigade de répression de la délinquance sur la personne (BRDP) a été saisie dans le cadre d’une enquête pour « injure à caractère sexiste » et «incitation publique à la violence en raison du sexe».

Dans leurs messages, les femmes ne sont jamais des femmes. Elles sont des « chiennes », des « escabeaux », des « LV » pour « lave-verge » ou « lave-vaisselle », des « salopes » ou des « trous ». Ces propos injurieux, misogynes et violents ont été capturés dans un groupe Facebook secret réunissant 56.

000 hommes. Intitulé « Femmes indignes 6.0 résurrection », ce groupe interdit aux femmes n’était accessible qu’aux internautes cooptés par ses membres.Ce « cercle » privé hébergé puis supprimé par Facebook est aujourd’hui dans le viseur de la justice. Le 29 mars 2018, une plainte a été déposée par le Collectif féministe contre le viol.

Selon nos informations, une enquête préliminaire pour « injure publique à caractère sexiste » et « incitation publique à la violence en raison du sexe » a été ouverte dans la foulée par le parquet de Paris. Confiée à la brigade de répression de la délinquance sur la personne (BRDP) de la police judiciaire, l’enquête a été clôturée et retournée au parquet qui doit maintenant l’analyser.

Un registre ultra-violentDébut 2017, le groupe secret « Femmes indignes 6.0 résurrection » comptait près de 56.000 internautes. Objectif de ses membres : partager des photos intimes, de femmes ou de jeunes filles pour les humilier. Le registre utilisé est toujours le même: soit les hommes incitent ouvertement à la violence contre les femmes, soit ils les réduisent à un objet sexuel ou ménager.

 L’emploi du terme « LV » pour « lave-verge » ou « lave-vaisselle » est quasi-systématique.
Extrait dune conversation postée sur le groupe. - H.Sergent/20Minutes Sur les centaines de captures d’écran consultées par 20 Minutes, on peut voir des photographies, généralement prises de dos, pendant un acte sexuel.

Sous ces images, certains membres rivalisent de commentaires violents : « les traces de ceinture que ça mérite un cul pareil putain » écrit l’un d’eux. Un autre lance cette « boutade » : « C’est quoi le point commun entre une LV et la loi ? Dans les deux cas, c’est plus simple de les violer que de les respecter ».

.L’image d’une silhouette féminine couverte d’hématomes est accompagnée de ce message : « L’œuvre d’un grand dresseur de LV ça ». D’autres membres ajoutent : « Encore une LV bien dressée », « LV corrigée bien comme il faut ».....


code de nouvelles: 175391  |  20 minutes
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler