×
29 12.07.2019 02:30:45 02:30

CAN 2019 : l’Algérie se qualifie face à la Côte d’Ivoire

Article réservé aux abonnés Les « z’hommes » ont vaincu. L’Algérie a battu, jeudi 11 juillet, la Côte d’Ivoire dans un match tendu et équilibré. Les Fennecs filent ainsi en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), où ils affronteront le Nigeria dimanche 14 juillet au Stade international du Caire à 21 heures.

Les Guerriers du désert ont légèrement dominé ce quart en s’offrant de nombreuses occasions. Ils ont ouvert le score à la 20e par Sofiane Feghouli. L’Algérie a poussé jusqu’à provoquer un penalty juste après la pause. Mais Baghdad Bounedjah, l’attaquant algérien, a manqué la cible : le cuir a fini par s’envoler dans le majestueux ciel bleu de Suez après avoir caressé la barre transversale.

Regrets éternels ? Et non… Les Ivoiriens n’ont pourtant rien lâché et sont revenus au score à la 62e par Jonathan Kodjia. Au Stade de Suez, un peu moins vide que d’habitude (près de 3 000 supporteurs pour 27 000 places), les deux sélections n’ont pas réussi à se départager. Jusqu’au bout du match, et des prolongations.

Il a fallu attendre la cruelle séance des tirs au but (4-3) pour décider du vainqueur. Raïs M’Bolhi, le gardien des Fennecs depuis une décennie, a sauvé son équipe et permet à l’Algérie de continuer sa route vers la victoire finale. Ce qu’espère tout un peuple… « On va gagner », tonne-t-on dans les travées de l’arène.

Le temps d’une journée, les Algériens ont nationalisé Suez. Sous une chaleur écrasante, un peu plus d’un millier de supporteurs a pris l’avion d’Alger et a fait flotter le drapeau vert et rouge près du canal. On n’a entendu que leurs chants (des « One, two, three, viva l’Algérie » à foison), étouffant les tambours des Ivoiriens.

Même les Egyptiens ont soutenu les Algériens, alors qu’habituellement, ils ne s’entendent pas trop. Lire aussi CAN 2019 : le Nigeria élimine l’Afrique du Sud et va en demi-finale « C’était un devoir national d’être là » Impossible pour les Algériens de rater ce quart de finale.

Le ministère de la jeunesse et des sports, celui du tourisme et l’agence de voyage étatique (Touring club TVA) ont organisé le déplacement jusqu’en Egypte, facilitant le transport et le visa. Il a fallu juste débourser 35 000 dinars, soit deux fois le smic, et l’équivalent de 160 euros (au marché noir).

« C’était un devoir national d’être là », lance Djedid, 23 ans, étudiant. « Nous n’allions pas laisser notre équipe nationale toute seule », ajoute Karim, 30 ans, comédien. « Je n’ai même pas réfléchi, je suis venu à Suez, c’est naturel », enchaîne, Adel, 30 ans. « La grinta des supporteurs algériens dynamite la volonté des Fennecs : quand ils entendent les cris des fans loin du pays, tu as la chair de poule, ça les transporte », ajoute ce fonctionnaire.

. ..


code de nouvelles: 192034  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler