×
9 21.07.2019 14:40:49 14:40

Mondiaux de natation : l'équipe de France sur la pointe des pieds

En nombre, ils sont à peine plus qu’aux précédents Mondiaux à Budapest il y a deux ans, quand les effectifs de la natation tricolore avaient fondu sous l’effet de la vague de départs post-JO-2016: de neuf dans la capitale hongroise, les Bleus sont onze à Gwangju, qui accueille lélite mondiale.

Précisément sept nageurs et quatre nageuses.Florent Manaudou, bien entendu, n’est pas du voyage: même s’il a nagé le neuvième meilleur chrono de la saison sur 50 m (2172) fin juin pour son retour après quasiment trois ans sans compétition et un intermède handball, c’est pour la grand-messe olympique, à Tokyo l’été prochain, que le médaillé d’or aux J0-2012 et vice-champion olympique 2016 de l’aller simple a replongé.

RT swimswamnews: RT SwimNerds: Swimming is cool but Im not in love with swimming. Im just in love with the races and the winning. - Florent https://t.co/bJ9BpSvjTo— Olympic Swim 2020 (@olympicswim1) 16 juillet 2019 Glaner quelques podiumsA Gwangju, quelles ambitions alors pour la délégation française resserrée ? Deux ans après les deux médailles, une en or (Lacourt sur 50 m dos) et une en bronze (Metella sur 100 m), récoltées à Budapest - la moisson mondiale la plus maigre depuis 2003 (deux bronze) - et un an après les sept récompenses européennes obtenues à Glasgow, la prudence prime.

L’objectif, c’est avant tout d’avoir le maximum de nageurs en finale, et bien sûr, si on peut, de glaner quelques podiums, pose Richard Martinez, le responsable de la natation course. Il faut avoir une vision positive mais aussi assez réaliste, résume-t-il.Si bien que la menace zéro médaille - ce que la natation tricolore n’a plus connu depuis dix-huit ans - n’est pas totalement écartée.

Metalla et Bonnet en chefs de fileC’est Mehdy Metella, médaillé de bronze mondial sortant du 100 m et double médaillé européen l’été dernier (argent du 100 m papillon et bronze du 100 m), qui incarne la meilleure chance bleue de podium.Même après un hiver tourmenté, le sprinter marseillais, qui vient de fêter ses 27 ans, est le seul nageur français à figurer dans le top 3 des bilans mondiaux de l’année: il est le deuxième meilleur performeur mondial du 100 m papillon (50.

85) derrière la fusée américaine Caeleb Dressel (50.36).Charlotte Bonnet (24 ans), que ses trois sacres européens (200 m, 4x100 m, 4x100 m mixte) de l’été 2018 ont fait changer de dimension, assume elle son envie d’avoir une médaille sur 200 m.

. Mais la concurrence s’y.....


code de nouvelles: 208204  |  Le Progrès
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler