×
4 21.07.2019 23:58:26 23:58

Un squelette découvert en Russie serait celui d’un général napoléonien mort il y a deux siècles

Cambronne n’aurait sans doute pas réprimé un juron d’étonnement. Le corps de Charles Étienne Gudin de la Sablonnière, fidèle général de l’empereur Napoléon mort en 1812, aurait été retrouvé en Russie. Ses ossements gisaient entre les débris d’un cercueil en bois, ainsi que le relatent nos confrères du Point .

C’est à Smolensk, où eut lieu la bataille de Valoutina Gora, qu’une équipe d’archéologues franco-russe a fait cette étonnante découverte au début de ce mois de juillet.» LIRE AUSSI - Alain Schnapp: «En archéologie, tout est encore devant nous» Les spécialistes ont découvert un squelette sans jambe gauche et dont les os de la droite étaient très endommagés.

Le général Gudin est mort sur le champ de bataille, le 19 août 1812, après avoir perdu sa jambe, fauchée par un boulet de canon ennemi. Malgré une amputation, le militaire est mort trois jours plus tard de la gangrène, à 44 ans.
Charles Étienne Gudin de la Sablonnière Musée de larmée «La découverte s’est appuyée sur un faisceau de trois éléments, explique l’historien David Chanteranne, conservateur du Musée Napoléon de Brienne-le-Château.

À savoir, la présence connue de personnages haut gradés enterrés dans ces fossés, la jambe manquante du général et la présence de fûts de canon.» Des traces des pièces d’artillerie retrouvées lors des fouilles témoignent en effet d’une sépulture élevée avec quatre fûts de canon par l’un des subalternes du général, le colonel Marion.

Le passage de l’aviation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale l’aurait détruite au siècle dernier.EXCLUSIF. Fouilles archéologiques dans les pas des soldats de Napoléon en Russie : on a retrouvé le général Gudin ! https://t.co/eu8zXK9NeD @LePoint— Marc Leplongeon (@MarcLeplongeon) July 9, 2019 «Les fouilles auront des conséquences sur la bataille de Valoutina Gora et celle - à laquelle elle est liée - de Smolensk.

Elles ont un intérêt historique indéniable», se félicite David Chanteranne. À l’origine de ce projet se trouve la Fondation pour le développement des initiatives historiques franco-russes, créée par le Français Pierre Malinowski, réputé proche de Vladimir Poutine. Un général proche de NapoléonEn août 1812, les troupes françaises et les armées du Tsar s’affrontent aux confins de la grande Russie.

Sous le commandement du maréchal Ney, le général Gudin dirige 10.000 hommes et une quinzaine de canons. «Il était un des officiers les plus distingués de l’armée ; il était recommandable par ses qualités morales autant que par sa bravoure et son intrépidité», écrivait Bonaparte au lendemain de la mort de son soldat.

On dit qu’Étienne Gudin est mort dans les bras de Napoléon, en larmes. Le souverain portait une attention particulière à ce général courageux, l’un des 1 500 qui le servirent au cours de ses campagnes.Né à Montargis en 1768, Charles Étienne Gudin étudie à l’école de Brienne et côtoie, jeune, Napoléon.

. Passé lieutenant.....


code de nouvelles: 208506  |  lefigaro
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler