×
3 14.08.2019 12:10:48 12:10

Arbitrage : Stéphanie Frappart, modèle à suivre

Une éternité. Entre avril 1996, quand Nelly Viennot est devenue la première arbitre assistante en première division (PSG-Martigues) et avril 2019, première rencontre de L1 dirigée par Stéphanie Frappart (Amiens-Strasbourg), il aura donc fallu attendre vingt-trois ans. Bien sûr, entre-temps, les péripéties nont pas manqué.

Nelly Viennot est devenue « Madame lArbitre », lassistante dÉric Poulat, un visage connu de la Ligue 1 dans les années 2000, passant tout près de la sélection pour la Coupe du monde 2006, ce qui frôle lexploit au vu des performances arbitrales tricolores lors des dix dernières années ; Nelly Viennot, aussi, a évité de peu un drame à la Meinau, en 2000, sécroulant à terre après un jet de pétard par un spectateur, lors du bouillant derby Strasbourg-Metz (25 décibels daudition perdus).

Corinne Lagrange a pris le relais, mais toujours sur la touche. « Avec de la persévérance, nimporte qui peut faire ce que jai fait, prophétisait Nelly Viennot dans Le Point en 2012. Et même mieux ! »Après une (longue) période creuse où aucune femme arbitre némerge, Stéphanie Frappart devient la première arbitre centrale féminine à diriger une rencontre de Ligue 2, en 2014 à Niort.

En cinq ans, la Val-dOisienne simpose comme une figure incontournable de la deuxième division. Mais cest bien lors de cette année 2019 que le destin et la carrière de larbitre de 35 ans semballent. Premier match de Ligue 1 le 28 avril (Amiens-Strasbourg), finale de la Coupe du monde féminine le 7 juillet, promotion en tant quarbitre de Ligue 1 pour la saison 2019-2020, et enfin, cette désignation royale : Stéphanie Frappart arbitre ce mercredi la Supercoupe dEurope, entre Liverpool – vainqueur de la Ligue des champions, et Chelsea – lauréat de la Ligue Europa.

« Cest une magnifique année qui récompense le travail et linvestissement de Stéphanie, salue Stéphane Lannoy, ancien arbitre international. Son parcours force le respect. » « Je suis très heureuse, et cela a vraiment été une surprise, a réagi larbitre francilienne sur le site de lUEFA. Cest un grand honneur pour moi, et pour toutes les femmes arbitres.

Jespère leur servir dexemple, et aussi à toutes les filles qui auraient envie de se lancer dans larbitrage. »Aussi rapide et endurante que les hommesStéphanie Frappart a manié son premier sifflet et ses premiers cartons dès lâge de 13 ans, alors quelle était elle-même footballeuse. « Je voulais mieux connaître les lois du jeu, alors, jai commencé à arbitrer.

 » Sa récente nomination darbitre de Ligue 1 va lui permettre de changer de dimension. Avec le statut darbitre fédérale 1, elle devient une professionnelle à temps plein, rémunérée à hauteur de 6 000 euros bruts mensuel. Un salaire auquel il faut ajouter les primes de matches, payées près de 3 000 euros lunité.

. Soumise aux mêmes tests physiques que les hommes, Frappart ne bénéficie daucun cadeau. « Il ny a aucune distinction, alors que les tests sont extrêmement exigeants, confirme Stéphane Lannoy, observateur des arbitres.....


code de nouvelles: 239869  |  Le Point
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler