×
9 14.08.2019 12:28:49 12:28

Trump allège une loi de protections des espèces menacées

L’animal le plus fameux des États-Unis, l’emblème américain depuis 1782, le pygargue à tête blanche a bien failli disparaître. Il a fallu l’intervention de l’administration du président Richard Nixon et l’adoption d’une loi fédérale sur la protection des espèces menacées (l’Endangered Species Act) en 1973 pour que celui que l’on appelle aussi l’aigle pêcheur continue de survoler le territoire américain.

Un million d’espèces menacées d’extinctionLundi 12 août, le président Donald Trump est revenu sur cette législation qu’il souhaite assouplir en y apportant des changements significatifs. Depuis son instauration en 1973, la loi fait pourtant figure de référence mondiale en matière de sauvegarde de l’environnement.

Parmi les 1 650 espèces inscrites sur la liste des espèces menacées ou en danger d’extinction, moins de 1 % d’entre elles ont disparu. En 2016, le pygargue à tête blanche a même quitté la liste des espèces menacées devenant, avec 46 autres espèces, un exemple de succès de cette politique.Assouplissement des décrets d’applicationLa forte présence des adversaires démocrates de Donald Trump au Congrès a limité les possibilités de modification de cette loi.

L’administration du président républicain a donc dû se contenter d’en changer les décrets d’application.Mais la clause accordant automatiquement la même protection aux espèces dites « menacées » qu’aux espèces « en danger de d’extinction » immédiat est supprimée. Il en va de même pour un passage interdisant l’usage de considérations économiques dans les décisions visant à protéger la faune sauvage.

Enfin, une autre grande modification des textes d’application vise à réduire la prise en compte du dérèglement climatique.Écologie : la peur est-elle un levier d’action ?Le ministre du commerce Wilbur Ross rappelle que ces révisions s’inscrivent dans le cadre de la politique voulue par Donald Trump « d’alléger le carcan réglementaire qui pèse sur le public américain, sans sacrifier les objectifs de protection et de reconstitution de nos espèces ».

Le ministre de l’intérieur David Bernhardt, s’est quant à lui réjoui de ces « améliorations ». En août 2018, l’ancien représentant du lobby des hydrocarbures avait déjà publié une tribune dans le quotidien The Washington Post dans laquelle il demandait un allégement de cette législation qui créée un « fardeau réglementaire superflu ».

« Cadeau à l’industrie »Les défenseurs de l’environnement ont fait part de leurs craintes quant aux réelles intentions de l’administration américaine. D’après eux, la réforme favorise le développement des activités de minage et d’extraction de pétrole et de gaz dans les milieux de vie d’espèces protégées.

. « Cette tentative de mettre à mal la protection des espèces en danger ou menacées porte les deux marques caractéristiques de la plupart des actions de Donald Trump : c’est un cadeau à l’industrie, et c’est illégal » a réagi Drew Caputo de l’ONG Earthjustice.Les procureurs.....


code de nouvelles: 239913  |  la-croix
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Nouvelles les plus vues

Dernières nouvelles photos