×
16 15.08.2019 17:42:20 17:42

D’Ariane 5 à Ariane 6, au cœur des enjeux de la compétition spatiale

Boostée par la concurrence (lire ci-dessous), l’aventure spatiale européenne ne pouvait se poursuivre, de manière viable, que par la construction d’une nouvelle fusée, Ariane 6 (une évolution d’Ariane 5 fut étudiée un temps). La même histoire avait prévalu pour le passage d’Ariane 4 à Ariane 5 dans les années 90, alors en compétition avec les navettes américaines et les fusées russes.

Les lanceurs Ariane en ont cramé des tonnes d’ergols liquides ou solides (les carburants) depuis le premier lancement d’Ariane 1, le 24 décembre 1979. Le Centre national des études spatiales (CNES), responsable des lanceurs et du Centre spatial guyanais (CSG), l’Agence spatiale européenne (ESA) et les 550 entreprises européennes, dont la Sambrienne Forgital Dembiermont, travaillent sur le sujet sous la houlette d’ArianeGroup et de sa filiale ArianeSpace, chargée de la commercialisation.

L’industrie spatiale reste un fleuron européen qui pesait 8,5 milliards d’euros en 2018. Avec deux ou quatre boosters Le premier vol d’Ariane 6, avec deux ou quatre boosters, est attendu pour le second semestre 2020.

La modularité est le maître mot. Le nouveau lanceur présentera deux modèles, l’A62 avec deux boosters ou étages d’accélération à poudre (EAP) et l’A64 bardé de quatre EAP. Après un rapport du CNES dès 2009, cette formule fut entérinée en Conseil des ministres le 2 décembre 2014. Jugée trop chère, on abandonna au passage la navette Hermès, le rêve de vols habités européens.

L’opérateur pourra effectuer des lancements simples (très chers avec Ariane 5) ou doubles classiques, des lancements multiples de constellations ou de satellites à propulsion électrique sur toutes les orbites. C’est-à-dire de 5 t à 12 t de charges utiles en orbite géostationnaire (près de 36 000 km d’altitude) et de 10 t à 21 t en orbite basse (entre 500 et 2 000 km).

Le tout nouveau moteur réallumable Vinci de l’étage supérieur cryogénique permettra de placer les satellites sur des orbites éloignées sans vider leur réservoir. Autre gain d’efficacité, l’assemblage de la fusée sur le nouveau pas de tir en cours de construction à Kourou.

L’étage supérieur et l’étage principal seront montés à l’horizontal, comme les Soyouz, avant d’être convoyés jusqu’au portique mobile et remis à la verticale pour accueillir les boosters, puis la coiffe. Le premier essai de roulage du portique mobile de 6 500 tonnes, qui s’effacera après le montage, a été effectué le 24 juillet.


Premier essai de roulage, le 24 juillet à Kourou, du portique mobile qui permettra l’assemblage final d’Ariane 6 directement sur le pas de tir. PHOTO CNES/ESA/Arianespace - © CNES/ESA/Arianespace/Optique Video CSG/P Baudon, 2019 La nouvelle aventure.

.....


code de nouvelles: 241754  |  La Voix du Nord
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Nouvelles les plus vues

Dernières nouvelles photos