×
6 03.09.2019 16:58:04 16:58

Exclusif: Jean-Paul Delevoye heureux de la «preuve de confiance du président»

Si la question d’ordre protocolaire de recevoir le titre de ministre a été évoquée, explique Jean-Paul Delevoye, elle aura finalement été vite évacuée. « Il était logique, explique-t-il, qu’ayant commencé comme haut commissaire, je poursuive mon travail comme tel. » L’ancien ministre de Jacques Chirac (2002-2004), passé de l’UMP à LREM, fait donc une seconde entrée au gouvernement, mais cette fois en gardant le titre de haut-commissaire à la réforme des retraites auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.

Une tutelle que la ministre avait revendiquée du fait que son ministère gère le financement de la Sécurité sociale. « Je garde la même équipe, le même lieu, pour être l’interlocuteur privilégié des partenaires et écrire la future loi », précise Jean-Paul Delevoye, qui assure « n’avoir rien revendiqué » et qui avait présenté le 18 juillet ces préconisations pour une réforme ambitieuse des retraites basée sur la fin des régimes spéciaux et articulée autour d’un âge pivot de 64 ans pour obtenir un taux plein.

Cette direction du projet avait été remise en cause par le président Emmanuel Macron, lors d’une interview télévisée le 26 août, lors de laquelle il avait plaidé pour un système basé sur la durée de cotisation. « Il nous faut réapprendre en France la culture de la controverse » Habitué des débats, l’ancien médiateur de la République n’a pas vu dans cette sortie présidentielle une rupture avec son travail.

« La position d’Emmanuel Macron fait partie du débat. La loi s’écrit en marchant. Il faut considérer que la solution est à trouver entre deux », veut croire Jean-Paul Delevoye. « La confiance que me montre le président par ma nomination montre en réalité qu’il nous faut réapprendre en France la culture de la controverse, poursuit-il.

Le président n’est pas lié par mon rapport. Il apporte sa clarification. » Le natif de Bapaume ne cache pas combien il a plaisir à prolonger sa participation à un projet qui « doit renforcer la solidarité et réembarquer le sentiment d’égalité et de justice vis-à-vis des femmes, des précaires ».

« Je m’attends à des controverses, note-t-il, alors que le Premier ministre et lui doivent de nouveau rencontrer les syndicats jeudi et vendredi. Mais je veux assurer ici que nous aurons une solution pour tout le monde, les enseignants, les professions hospitalières… Je prends cela comme un challenge.

» Le projet de réforme des retraites devrait, selon lui, atterrir sur le bureau des parlementaires avant la fin du premier semestre 2020. « Ce sera confirmé, ajoute-il, par le calendrier et l’exposé de la méthode par le Premier ministre, la semaine prochaine. »Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Lois et règlements|Retraite|France|Bapaume (62450, Pas-de-Calais)|Jacques Chirac|Jean-Paul.

.....


code de nouvelles: 268046  |  La Voix du Nord
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler