×
6 03.09.2019 22:26:38 22:26

PSA Peugeot Citroën n'en finit pas de débaucher chez Renault

Et un de plus qui passe chez lennemi, chez le grand rival de toujours. Arnaud Deboeuf, directeur de lalliance Renault-Nissan, quitte Renault et rejoint PSA Peugeot Citroën. Entré chez Renault en 1993, il était depuis quatre ans lhomme clé de lalliance et en connaissait tous les acteurs, les ressorts, et les complexités.

Il ne part pas en bons termes de lex-régie, cest le moins que lon puisse dire...Dans un message interne dont Le Figaro a révélé lexistence, il a écrit : « Lorsque Thierry Bolloré [le directeur général de Renault, NDLR] ma déclaré que plus personne ne voulait travailler avec moi et que cétait la raison pour laquelle je devais quitter Renault et que je ne pouvais pas non plus aller travailler chez Nissan, ses paroles auraient pu me blesser si je navais pas eu à lesprit tous les moments que nous avions partagés.

 » Le cinquantenaire Arnaud Deboeuf, qui avait exprimé auprès de sa hiérarchie sa volonté de travailler chez Nissan pour recoller les morceaux de lalliance après larrestation de Carlos Ghosn, est désormais le directeur de la stratégie industrielle de PSA. Ambiance...La spécialiste de la voiture électrique de Renault est partie chez Peugeot Depuis larrestation de Carlos Ghosn, en novembre dernier au Japon, ils sont nombreux à avoir quitté le navire chancelant Renault pour PSA Peugeot Citroën, le rival autrefois en difficulté qui a retrouvé le chemin des profits.

Dans la grande migration de Renault vers Peugeot de ces derniers mois, on compte, par exemple, Thierry Koskas, ancien directeur commercial de Renault. Cet ancien homme fort de Renault a pris un poste équivalent chez PSA Peugeot Citroën. Dans la liste aussi, Béatrice Foucher, lex-Madame voiture électrique de Renault, domaine hautement stratégique dans le monde de lautomobile daujourdhui dans lequel Renault a de nombreuses longueurs davance.

PSA Peugeot Citroën pourra profiter de sa grande expertise. Ces débauchages récents suivent des transferts un peu plus anciens, qui remontent à la période précédant larrestation de Ghosn à Tokyo. Cest le cas dAlain Raposo, qui est à la tête des moteurs de PSA, ou de Yann Vincent, ancien directeur qualité de Renault, devenu directeur industriel de PSA.

Lire aussi Carlos Ghosn, une tragédie (très) françaiseCarlos Tavares ne se gêne pas pour faire son marché chez Renault, groupe dont il est lui-même issu. Petit rappel : il en avait claqué la porte en 2013, poussé dehors par son boss de lépoque, Carlos Ghosn, furieux de lentendre assumer son envie de devenir « numéro un ».

Mais si le grand débauchage avait commencé avant la chute de Carlos Ghosn, le rythme accélère dangereusement depuis quelques mois...Lalliance un peu plus déstabiliséeEn interne chez Renault, certains voient dun mauvais œil ces départs dingénieurs de haut niveau. « Si on voulait donner le plan produit de Renault gratuitement à PSA, on ne sy prendrait pas autrement… » râle un cadre en interne.

. Dautres relativisent, considérant que Thierry Bolloré met légitimement en place sa.....


code de nouvelles: 268606  |  Le Point
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Nouvelles les plus vues

Dernières nouvelles photos