×
185 09.09.2019 17:48:50 17:48

Nissan : Saikawa, le tombeur de Ghosn, démissionnera le 16 septembre

 Le directeur général exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, rattrapé par un scandale de prime indûment perçue, va démissionner le 16 septembre, a annoncé lundi le président du conseil dadministration du constructeur automobile japonais, Yasushi Kimura. Lactuel directeur opérationnel du groupe, Yasuhiro Yamauchi, assurera lintérim dans limmédiat et le comité des nominations au sein du conseil dadministration a lintention de choisir un successeur à M.

Saikawa « dici la fin octobre », a ajouté Yasushi Kimura lors dune conférence de presse au siège de Nissan à Yokohama, près de Tokyo. Le conseil, auquel assistent les dirigeants de Renault et administrateurs de Nissan Jean-Dominique Senard et Thierry Bolloré, se tenait au siège du groupe à Yokohama, près de Tokyo.

 Le patron avait confessé la semaine dernière avoir touché par le passé une rétribution excédant ce à quoi il avait droit, sous la forme dun bonus en numéraire égal à la plus-value découlant de la hausse de laction Nissan. Sexcusant « pour le trouble causé », il avait promis de restituer la somme incriminée qui sélèverait, selon les médias, à 47 millions de yens (environ 400 000 euros).

Lire aussi Nissan : le directeur général Hiroto Saikawa avoue avoir été trop payé« Cest la faute de Ghosn »En guise de défense, M. Saikawa a rejeté la faute sur le « système mis en place sous Ghosn », dont il aurait, dit-il, bénéficié malgré lui. En novembre dernier, Carlos Ghosn, alors PDG de Renault, président de Nissan et patron de lalliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, a été arrêté au Japon puis inculpé pour malversations financières.

Libéré sous caution, il prépare actuellement son procès, lequel pourrait souvrir au printemps prochain, selon ses avocats.Cependant, daprès de récentes affirmations de Greg Kelly, ancien bras droit de Carlos Ghosn et également inculpé au Japon, M. Saikawa aurait délibérément fait différer de quelques jours la date dexercice prévue de ses SAR en mai 2013.

Ce qui lui aurait permis de gonfler sa prime, laction Nissan ayant bondi de 10 % dans lintervalle. M. Saikawa était déjà en sursis avant même que cette affaire néclate. Depuis des mois, des actionnaires de Nissan réclamaient son départ, le jugeant trop associé à lère Carlos Ghosn, dont il fut longtemps le protégé, avant de retourner sa veste.

Sous pression, le directeur général de 65 ans avait alors promis en juin de préparer sa succession au plus vite.Une autre démission serait aussi imminente, a affirmé vendredi lagence Bloomberg : celle de Christina Murray, précisément responsable chez Nissan de la « compliance » (respect de léthique) et de laudit interne, pour des raisons encore inconnues.

Sollicité par lAFP, le groupe na pas fait de commentaire.Rebâtir lalliance, vingt ans aprèsPar ailleurs, les autres dossiers urgents à traiter ne manquent pas chez Nissan. Ses résultats financiers ont fondu au premier trimestre de son exercice 2019-2020, et le groupe a entamé une profonde restructuration de son outil industriel, impliquant.

.....


code de nouvelles: 277224  |  Le Point
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Nouvelles les plus vues

Dans les nouvelles
Dernières nouvelles photos