×
4 12.09.2019 11:57:37 11:57

Les droits des femmes, l'autre combat de l'Arabie saoudite contre l'Iran

Temps de lecture: 5 min Ce sont des avancées distillées à petites doses qui font partie de la stratégie de Riyad. Embourbé dans la guerre au Yémen et dans laffaire de lassassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier Mohammed ben Salmane tente de montrer patte blanche en accordant des droits aux Saoudiennes: «Cela fait partie dun projet de Mohammed ben Salmane qui consiste à montrer un visage moderniste du régime saoudien à léchelle internationale.

Pour cela, il faut [...] améliorer le statut légal des femmes», expose la sociologue Azadeh Kian, autrice de Femmes et pouvoir en islam. «Montrer quon est progressiste pour être légitime, ça marche très bien», affirme la sociologue.Ces progrès en matière de droits des femmes font également partie du plan «Vision 2030» lancé en 2016 et porté par Mohammed ben Salmane.

Lobjectif de Riyad est de diversifier son économie trop dépendante du pétrole. Dans cette optique, depuis février 2018, les femmes peuvent même obtenir un permis de création dentreprise. Surprenant de la part dun des pays les plus conservateurs au monde. Mais faciliter laccès des Saoudiennes au marché du travail permet de les intégrer à léconomie: «Cest une manière pour le royaume de nationaliser lemploi en privilégiant les nationaux saoudiens au détriment des étrangers», avance Azadeh Kian.

Rivalité avec lIranAu-delà des enjeux nationaux, cette évolution positive sinscrit également dans un contexte de rivalité et de tension croissante avec lautre puissance de la région: lIran. En accordant ces droits aux Saoudiennes, le royaume cherche à rivaliser avec son ennemi chiite.

Et la concurrence est rude, car les Iraniennes sont les femmes les plus socialisées du Moyen-Orient: elles travaillent, conduisent librement, ont le droit de vote et déligibilité depuis 1963, contre 2015 en Arabie saoudite.«En Iran, la société civile est très en avance sur les institutions qui la gouvernent», indique Azadeh Kian.

Le président modéré Hassan Rohani na dailleurs jamais caché sa volonté daccorder plus de liberté à la jeunesse et aux femmes. Cela faisait même partie de sa promesse de campagne. «Le gouvernement de Rohani et son ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif souhaitent présenter un visage plus amical et cela passe par la question du genre», explique Azadeh Kian.

.À lire aussiLArabie saoudite avance au trot vers la modernisationAlors que lArabie saoudite soppose déjà à lIran en Syrie et au Yémen, le.....


code de nouvelles: 281883  |  slate.fr
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler