×
11 18.09.2019 10:06:20 10:06

Retraites : le gouvernement tente de renouer le dialogue avec les avocats

Après la journée de forte mobilisation des avocats contre la réforme des retraites, lundi 16 septembre, le gouvernement a tenté de renouer le fil du dialogue avec les représentants de la profession, mardi. Nicole Belloubet, la garde des Sceaux, accompagnée du haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, a rencontré pendant plus dune heure Marie-Aimée Peyron, bâtonnière de Paris, Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux, et Jérôme Gavaudan, président de la Conférence des bâtonniers au ministère de la Justice.

Ces derniers ne se sont pas montrés très loquaces à la sortie de la réunion, face à la presse. « Nous navons pas eu toutes les précisions demandées, nous navons pas de garantie de conserver notre régime », a lâché Marie-Aimée Peyron qui affirme dores et déjà travailler « avec les autres professions concernées à de nouvelles actions communes ».

Selon elle, « la balle est dans le camp du gouvernement ».Lire aussi Réforme des retraites : « De nombreux cabinets davocats devront mettre la clé sous la porte »Fin de non-recevoirDu côté de lexécutif, on a pris acte de la demande des avocats de ne pas être intégrés dans le futur régime universel de retraite promis par Emmanuel Macron « considérant quils disposent dun régime autonome qui garantit leur impartialité et est bien géré ».

Nicole Belloubet et Jean-Paul Delevoye ne leur ont pas moins opposé une fin de non-recevoir polie, mais ferme. Ils ont plaidé le malentendu sur les conséquences de lintégration du régime des avocats dans le nouveau système de retraite, notamment en ce qui concerne la crainte dune baisse des pensions ou dun doublement des cotisations de 14 % à 28 % pour beaucoup dentre eux.

Lire à ce sujet Cette drôle de grève des avocats« Il y a eu manifestement une incompréhension, une difficulté de lecture », a estimé Jean-Paul Delevoye. « Lorsquils entendent que le régime universel va doubler leurs cotisations et doubler leurs pensions, je peux comprendre que ça puisse rajouter une angoisse à une angoisse », a lancé le haut-commissaire à la presse.

Une façon très courtoise de critiquer à mots couverts la stratégie très offensive du Conseil national des barreaux (CNB) pour inciter les robes noires à descendre dans la rue.« On peut reprocher beaucoup de choses au gouvernement ou à moi-même, mais comment imaginer un seul instant quon mette en place un régime universel qui ait pour but de doubler les cotisations et diviser par deux les pensions  ? a fait mine de sinterroger Jean-Paul Delevoye.

Dans le rapport, il était indiqué que nous voulions offrir, profession par profession, des chemins de convergence qui rendent compatible cette intégration avec un équilibre économique et nous avions un certain nombre de pistes que, manifestement, certains participants découvrent. » Un autre tacle discret à ses interlocuteurs.

. Le haut-commissariat met notamment un possible changement dassiette sociale qui ferait baisser la CSG des avocats ainsi que dautres mécanismes datténuation.....


code de nouvelles: 292624  |  Le Point
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler