×
8 23.10.2019 07:17:11 07:17

Ligue des champions : Rudi Garcia, séducteur et combatif, mène l’opération reconquête de l’OL



Rudi Garcia, lors de Lyon-Dijon, samedi 19 octobre 2019. Laurent Cipriani / AP Il est de ces situations d’urgence où le niveau d’exigence s’abaisse. Parti pour concurrencer le PSG en début de saison, et à défaut de renouer avec la victoire en huit rencontres d’affilée en championnat, l’Olympique lyonnais (17e de Ligue 1 sur 20), tente de se rassurer avec des statistiques : lors du dernier match face à Dijon, samedi 19 octobre, ses joueurs ont tiré 24 fois en direction de la cage adverse.

Depuis le début de saison, l’OL était engoncé dans une rigueur défensive presque psychorigide, imposée par son entraîneur, le Brésilien Sylvinho. Certes, malgré cette profusion d’occasions, aucun but n’a été inscrit face à Dijon (0-0). Mais force est de constater que cet élan offensif est concomitant à l’arrivée de Rudi Garcia, qui a succédé le 14 octobre à Sylvinho, remercié une semaine plus tôt.

🎥 Retour sur le match face à Dijon (0-0). #OLDFCO https://t.co/go9Vns1OZt— OL (@Olympique Lyonnais) Alors que l’OL affronte Benfica en Ligue des champions, mercredi 23 octobre à Lisbonne, l’ex-entraîneur de l’Olympique de Marseille (OM) apparaît comme l’homme auquel veut s’accrocher le club rhodanien, qui n’a jamais été aussi malade depuis le début de la présidence de Jean-Michel Aulas, en 1987.

Un accueil glacial Le nouvel entraîneur a été nommé par les dirigeants lyonnais contre l’avis d’une majorité des supporteurs, échaudés par son passage conflictuel chez le rival marseillais, club qu’il a quitté avant l’été au terme d’une saison sans résultat. Ils lui ont d’ailleurs réservé un accueil glacial en le sifflant pour ses débuts face à Dijon.

C’est notamment pour sa capacité à résister à ce type de pression que ce coach expérimenté, (700 matchs dirigés) a été choisi. Après le match contre Dijon, l’ex-Marseillais ne s’est pas défilé : « On préfère tous être bien accueilli et apprécié. L’essentiel est que les joueurs ont été soutenus tout le match.

Si cela ne convient pas en termes de résultats ou de contenus, il est normal que le public manifeste son mécontentement. » Lire aussi Football : Rudi Garcia, pour sortir Lyon de la crise La principale qualité attribuée à Rudi Garcia par ceux qui l’ont côtoyé est sa force de caractère.

Ancien footballeur à la modeste carrière, il n’a pas attendu qu’on lui ouvre les portes d’un métier difficile. Jeune entraîneur adjoint, puis entraîneur, dans le club amateur de Corbeil-Essonnes, il a dû batailler pour s’imposer. Il postule d’abord au poste de préparateur physique à l’AS Saint-Etienne (ASSE), auprès d’un de ses anciens entraîneurs, Robert Nouzaret.

. Son mentor, vieux routier du football français, raconte : « Au bout d’un an, je me suis rendu compte qu’il avait d’autres qualités et qu’il pouvait avoir une plus grande responsabilité. J’en ai fait mon premier adjoint, c’est parti de là. » .....


code de nouvelles: 337998  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler