×
5 23.10.2019 08:14:37 08:14

30 ans du jumelage avec le Nord Mali, ça se fête

Après l’assemblée générale présidée par Jean-Luc Samuel, de la Fédération de la région du Ménaka (FRDM), le vin d’honneur a donné lieu à beaucoup d’enthousiasme et d’unanime solidarité en présence du jeune étudiant touareg Al Mansour Youssouf. En effet, Warisla Ag Istam, qui était prévu pour un riche programme dans le territoire auprès des écoles, des artisans et des agriculteurs, n’a pu obtenir son visa.

« Le consulat de France à Bamako lui a refusé pour des motifs fallacieux, dont semble-t-il pour une réserve financière insuffisante. Le billet d’avion était pourtant payé. Malgré les interventions de Daniel Clément vers le consulat, rien n’y a fait. Nous avions tant de choses à nous dire pour mesurer les évolutions depuis 30 ans, évaluer nos actions et les adapter si nécessaire », explique Marie-Claude Rousselet, présidente du jumelage de Bourbon avec Inekar.

Marie-Hélène Brelaud ex-présidente du comité de Saint-Agnan maintenant dirigé par Denise Larose a refait l’historique des différents comités nés en 1983 jalonné de nombreux échanges et de rencontres, de chaleur humaine et de soutiens sous toutes formes dans les domaines de l’école, de la santé, de la formation.

Un jumelage qui finance des études de médecines à Al MansourAl Mansour s’est présenté : « Je suis originaire du Ménaka. Je suis actuellement en 6e  année de médecine, je passe en 7e  année et je prépare ma thèse sur les facteurs de risques cardio-vasculaire dans les camps de réfugiés au Niger. Mes études sont financées en partie par le jumelage de Toulon/Arroux.

Je serai bientôt médecin, c’est quelque chose dont vous pouvez être fier. Je suis revenu cette année faire mes stages à la maison de santé de Toulon, c’est pour moi une hibernation en milieu rural. » Pour se faire un peu d’argent et financer son année, Al Mansour travaille dans un Ehpad à Bourg-en-Bresse.

« Je suis aide-soignant, c’est physique et courageux, j’apprends énormément de choses. Je fais aussi la plonge, si vous avez besoin, contactez-moi », lance-t-il avec humour. Plus gravement « la situation au pays est très très difficile, il faut tenir le coup. Outre l’insécurité, il y a le problème de développement dans l’éducation, malgré d’énormes progrès, aujourd’hui on recule.

Ils font face à des problèmes géopolitiques qu’ils n’ont pas voulus ni cherché. Dans tous les cas je veux vous souhaiter bon courage pour ces partenariats, c’est le point vraiment positif que je retiens. »La situation au pays est très très difficile, il faut tenir le coup.Al Mansour Youssouf, étudiant en médecine Rémi LANGLOIS (CLP) .

..


code de nouvelles: 338018  |  Le Journal de Saône-et-Loire
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Nouvelles les plus vues

Dans les nouvelles
Dernières nouvelles photos