×
7 16.11.2019 14:48:21 14:48

"Gilets jaunes" : "Plus rien ne sera comme avant" entre les policiers et la population, regrette un commissaire

En face de nous, il ny a pas que des gens qui nous en veulent, estime David Le Bars, le secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN), un an après le début du mouvement des gilets jaunes quil raconte dans La Haine dans les yeux (éditions Albin Michel). Invité de franceinfo, samedi 16 novembre, il revient sur ce mouvement très dur pour les forces de lordre, sur le cycle de la violence, sur ces policiers qui pour certains sont proches des gilets jaunes, sur les menaces sur le vivre ensemble.

>> Un an après le début du mouvement, nouveau samedi de manifestations des gilets jaunes : suivez notre directPlus rien ne sera comme avant dans les relations des policiers vis à vis dune certaine partie de la population, regrette David Le Bars. Des parties de la société sont en passe de se fracturer.

Il va falloir imaginer quon a besoin dune police pour tous vivre ensemble. Il faut la protéger, cette police.franceinfo : Comment avez vécu et ressenti personnellement cette année de mouvement des gilets jaunes ?David Le Bars : Il faut être lucide et admettre que plus rien ne sera comme avant dans les relations des policiers vis à vis dune certaine partie de la population.

Cela fait un an quon est engagé dans un mouvement très dur pour les forces de lordre, avec des gens qui ont fait en sorte, face à nous, de casser, de détruire, de tenter de pénétrer dans des bâtiments publics, avec toutes les images que vous connaissez. Il y aussi ceux qui soufflent sur les braises de prétendues violences que causerait la police, en oubliant que les violences côté policiers, cest lusage de la force, mais que les violences, ce sont aussi celles et ceux qui les ont commises au sein de certaines manifestations.

Est-ce que vous faites la part des choses entre les manifestants pacifiques et les plus violents ?Bien sûr. Je dis même, avec dautres, que dans les rangs de la police on a des gilets jaunes. On a des policiers que je défends, et dont je parle dans mon livre, qui sont des gens quon paye un salaire relativement modeste.

On leur demande tout. On leur demande de faire face à toutes les menaces. Ils sont aujourdhui dans une situation professionnelle difficile. Beaucoup de choses ont changé. Et ce quon voit, nous, en tant que policiers, et ce qui nous inquiète, cest ce danger à vouloir laisser se faire des scissions entre différentes parties de la population et qui menaceront le vivre ensemble.

On nest pas là pour juger de la pertinence dun mouvement social en France. Il y a une liberté de manifester et le travail du policier, cest de faire en sorte que les manifestations se passent bien. Ce qui est dommage, cest que ceux qui sont à lorigine des violences, ceux qui la cautionnent dans les médias et certains dans la classe politique, discréditent aussi ceux qui ont des réelles raisons de manifester.

. Il faut donc quon reste, nous, lucides sur le fait quen face de nous, il ny a pas que des gens qui nous en veulent.Quels ont été les pires moments de.....


code de nouvelles: 366638  |  Franceinfo
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler