×
9 23.11.2019 10:35:38 10:35

Mobilisation nationale ce samedi contre les violences sexistes

À quelques jours de la fin du « Grenelle » des violences conjugales, des rassemblements sont programmés dans plusieurs villes de France, ce samedi.Des milliers de personnes sont attendues ce samedi à Paris pour dénoncer les violences faites aux femmes et les trop nombreux féminicides recensés depuis le début de l’année, à l’appel d’un collectif qui espère « mettre la pression » sur le gouvernement à quelques jours de la fin du « Grenelle » des violences conjugales.

Cette marche, organisée par le collectif féministe #Noustoutes, partira à 14 h de la place de l’Opéra en direction de la place de la Nation. Des actions sont également prévues en régions, selon les organisatrices.Pour Anaïs Leleux, membre du collectif, l’objectif est d’être « un maximum dans la rue pour mettre la pression sur le gouvernement », à deux jours de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes et des annonces conclusives du « Grenelle » promises par l’exécutif.

L’an passé, à la veille du 25 novembre, près de 50 000 personnes s’étaient rassemblées dans toute la France à l’appel de ce collectif citoyen qui réunit plusieurs associations, dont 30 000 à Paris selon les organisatrices (12 000 selon la police).À lire  sur le sujet Violences conjugales : une grille d’évaluation des signaux d’alerte pour les forces de l’ordrePrès de 70 organisations, partis politiques, syndicats et associations (Planning familial, CGT, CFDT, EELV, LFI, PS, Unef, PCF, SOS homophobie…) et plusieurs personnalités, dont les comédiennes Muriel Robin, Julie Gayet ou Virginie Efira ont appelé à rejoindre le défilé.

Dans les lycées et les universités, une centaine de groupes de jeunes se sont également constitués pour y participer. En tête de cortège, l’Union nationale des familles de féminicide (UNFF) défilera pour « dénoncer le mépris que l’État oppose aux familles », a déclaré sa présidente Sandrine Bouchait.

115 féminicides depuis le début de l’annéeEn 2018, 121 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, selon le ministère de l’Intérieur. Pour 2019, ce chiffre est à ce jour d’au moins 115 depuis le 1er janvier, selon un décompte et une étude au cas par cas menée par l’AFP.Chaque année, quelque 220 000 femmes subissent des violences sexistes ou sexuelles, dont 93 000 sont victimes de viol ou tentative de viol.

Pressé de toute part d’agir pour faire baisser ces chiffres, le gouvernement a lancé début septembre un « Grenelle des violences conjugales », promettant des mesures « concrètes » le 25 novembre après avoir associé des acteurs de terrain.À lire  sur le sujet     Violences faites aux femmes : la France pointée du doigtAméliorer le recueil des plaintes des femmes victimes de violences, désarmer les compagnons violents à la première menace, faciliter le signalement des faits par les médecins… Une soixantaine de propositions issues des groupes de travail constitués à cette occasion ont été remises fin octobre à la secrétaire d’État chargée de l’Égalité, Marlène.

.....


code de nouvelles: 370052  |  Le Télégramme
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler