×
8 23.11.2019 12:34:36 12:34

Les enfants, témoins et victimes oubliés des violences conjugales

Les enfants ne sont pas que témoins des violences conjugales. Ils sont aussi victimes. Alors quune marche est organisée ce samedi contre les violences sexistes et sexuelles et que les arbitrages du Grenelle seront rendus lundi, les enfants sont parfois les grands oubliés.

Lannée dernière, 21 enfants sont morts concomitamment avec lhomicide de lun de leur parent ou sur fond de conflit conjugal, selon létude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Toujours daprès ces données, 29 enfants ont été témoins de scènes de crime, et 82 sont devenus orphelins de père, de mère ou les deux.

Un phénomène sous-estiméDepuis le début de lannée, 136 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon. Parmi ces féminicides, plusieurs ont été commis en présence des enfants. En février dernier, à Vaulx-en-Velin dans la métropole de Lyon, un petit garçon de 9 ans a assisté au meurtre de sa mère, battue et poignardée à plusieurs reprises par son ancien compagnon qui sest ensuite défenestré.

Au mois de septembre, à Maisons-Laffitte dans les Yvelines, une petite fille de 2 ans était présente lorsque sa mère a été étranglée et tuée par son mari dun coup de couteau dans le cœur.Selon la Fédération nationale solidarité femmes, qui gère le 3919 - le numéro national pour les femmes victimes de violences - lannée dernière, 94% des femmes qui ont appelé et abordé le sujet ont indiqué que leurs enfants étaient exposés aux violences.

Ce qui représente 15.000 mineurs, selon les chiffres de la Fédération communiqués à BFMTV.com.Selon le centre Hubertine Auclert, environ 143.000 enfants vivent dans un foyer où une femme a déclaré des formes de violences physiques et/ou sexuelles. Près de la moitié de ces mineurs ont moins de 6 ans et dans la plupart de ces foyers, les violences sont répétées.

Mais ces nombres seraient largement sous-estimés.Ce que confirme Agnès Gindt-Ducros, directrice de lObservatoire national de la protection de lenfance. La violence des adultes sur les enfants est taboue, pointe-t-elle pour BFMTV.com. Certains développent des stratégies pour que cela ne se voie pas. Il y a aussi des enfants particulièrement résilients qui font tout pour masquer ces violences, en plus de la loyauté quils simposent vis-à-vis de leurs parents.

Pourtant, lexposition aux violences conjugales est une forme de maltraitance.Une vision romantique des violences conjugalesSi lidée selon laquelle un mari violent peut être un bon père persiste, elle est pourtant fausse. La recherche scientifique ne va pas dans ce sens, assure à BFMTV.com Karen Sadlier, psychologue spécialiste de la prise en charge des enfants et adolescents.

Quelque 60% de ces enfants présentent des troubles post-traumatiques et quatre enfants sur dix exposés aux violences conjugales sont eux-mêmes victimes de violences physiques.En France, on a encore une vision romantique des violences conjugales, en atteste lemploi de lexpression crime passionnel. Trop souvent encore, on.

.....


code de nouvelles: 370211  |  BFMTV.COM
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler