×
5 02.12.2019 18:02:38 18:02

Jérôme Sainte-Marie : « La lutte contre l’islamisme s’adresse à l’électorat de droite »

Fondateur de la société d’études et de conseil PollingVox, Jérôme Sainte-Marie vient de publier Bloc contre bloc, la dynamique du macronisme (éditions du Cerf, 284 pages, 18 euros). Le 28 novembre, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a fixé comme « mission prioritaire » aux préfets de « combattre l’islamisme et le communautarisme » par le biais d’une circulaire.

Selon l’analyste politique, parler d’islam, d’islamisme et de communautarisme est une façon, pour Emmanuel Macron et son gouvernement, de consolider l’alliance électorale avec la droite. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Christophe Castaner : « Mon adversaire, c’est l’islamisme » Quel est, selon vous, l’objectif de cette circulaire ? Cette circulaire adressée aux préfets est la traduction pratique, et assez discrète, de la « société de vigilance » voulue par Emmanuel Macron et annoncée lors d’un discours prononcé le 8 octobre en hommage aux quatre fonctionnaires de police assassinés à la préfecture de police de Paris.

Cette formule, lourde de menaces, pouvait être annonciatrice de nouveaux dispositifs législatifs liberticides. Il n’en est rien. Du moins pour l’instant. Il ne me semble pas que le ministre de l’intérieur relance le débat, il donne juste une réponse administrative, voire technocratique, aux déclarations du président.

Ils considèrent qu’ils ont un retard de crédibilité sur le sujet, or, il reste peu de temps pour afficher des résultats. C’est ce qu’ils veulent faire en annonçant la fermeture de 129 débits de boisson tenus par des islamistes. C’est aussi une façon d’éviter un vote à l’Assemblée nationale qui mettrait en lumière les divisions sur le sujet au sein de la majorité.

En réalité, tous les dispositifs de « lutte contre l’islamisme » sont déjà en place, il s’agit plutôt de rappeler à l’appareil d’Etat l’importance de ce « combat ». Et pour Christophe Castaner de reprendre la main après une séquence sur le sujet qui ne lui a pas été favorable. Ni à lui, ni au président, ni à La République en marche.

Vous parlez des débats sur le voile ? Absolument. Mais pas seulement. Je pense aussi au débat sur l’immigration que le président de la République veut installer chaque année à l’Assemblée nationale. Il est maladroit d’attirer l’attention sur un sujet sur lequel votre propre camp est divisé alors que l’adversaire, lui, est unifié.

Valoriser les éléments identitaires par rapport aux éléments sociaux est une stratégie condamnée à l’échec dans l’état actuel de la société française. Jusqu’à présent, le gouvernement s’est montré très brouillon et très inabouti dans ces débats qui ont lieu dans une grande confusion, un grand désordre.

. Les derniers sondages montrent qu’Emmanuel Macon et La République en marche n’en ont pas bénéficié. C’est Marine Le Pen qui grimpe dans les intentions de vote, précisément parce qu’elle a aussi investi le terrain social. ..


code de nouvelles: 380913  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler