×
11 09.12.2019 22:01:10 22:01

Du rififi autour du prix Nobel de chimie



Séverin Millet Le 10 décembre sera remis à Stockholm entre autres prix Nobel celui de chimie. Cette année, il distingue les pionniers d’une invention largement diffusée, les batteries dites « lithium-ion » qui équipent les appareils nomades (téléphones mobiles, ordinateurs portables…) : Stanley Whittingham, John Goodenough et Akira Yoshino, par ordre chronologique d’apparition dans cette longue histoire.

Mais le 27 novembre, une tribune est venue un peu contrarier la fête, même si le ton est des plus sages et le moins polémique possible. Elle est publiée dans la plus grande revue de chimie, Angewandte Chemie, et signée par seize spécialistes internationaux, qui y racontent une version légèrement différente de celle du jury Nobel.

Entre les lignes, on y lit qu’un chimiste aurait été « oublié », qu’un des lauréats se serait inspiré d’un collègue, et qu’un autre chimiste, non lauréat, exagérerait ses prétentions. En termes policés, ce texte veut donner « une perspective plus large que d’autres rapports ».

Les lauréats du Nobel de chimie 2019 : (de gauche à droite) Akira Yoshino, John B.

Goodenough et Stanley Whittingham, le 8 décembre, à Stockholm. Jonas Ekstromer / AP Commençons par l’« oublié ». Il s’agit du Français Michel Armand, dont treize articles sont cités en référence dans la tribune, contre deux dans le document le plus détaillé de l’académie Nobel, complétant l’annonce, qui ne mentionne en outre pas son nom dans le texte.

Dans la tribune, une infographie résumant les dates marquantes de cette invention en relie 5 sur 14 au Français. Celui-ci, pour être connu, n’a pas attendu cette tribune, dont les auteurs ont quasiment tous collaboré avec lui. Médaille d’argent du CNRS, détenteur de plus de 150 brevets, il est à l’origine de batteries lithium particulières, non liquides, contrairement à celles de nos portables, et à base de polymères solides.

Elles sont par exemple utilisées dans les véhicules électriques de Bolloré, ex-Autolib, ou dans les bus. « Les gens récompensés ont mis les mains dans le cambouis et ont poussé loin les concepts. Cela ne minimise pas le rôle des autres acteurs » Le texte publié dans Angewandte Chemie complète ce tableau flatteur en soulignant son rôle non négligeable dans l’invention couronnée par le Nobel.

Notamment, comme le notent le document détaillé de l’Académie suédoise et la tribune, on lui doit le concept-clé de « rocking-chair », dans lequel les ions lithium se balancent d’une électrode à l’autre, permettant aux électrons de circuler. « Tout le monde peut interpréter l’histoire à sa manière. L’invention des batteries a été incrémentale, avec beaucoup de participants, estime Jean-Marie Tarascon, professeur au Collège de France et non signataire de la tribune.

. Les gens récompensés ont mis les mains dans le cambouis et ont poussé loin les concepts. Cela ne minimise pas le rôle des autres acteurs. » .....


code de nouvelles: 387001  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler