×
11 09.12.2019 23:04:05 23:04

Les enseignants, perdants de la réforme des retraites ?

► Comment se situent les salaires et les retraites des enseignants ?Bien des enseignants ont le sentiment d’exercer une profession peu valorisée. Une déconsidération qui se retrouve, estiment-ils, dans leurs niveaux de rémunération et de retraite.

Dans le primaire, par exemple, un enseignant débutant gagne 9 % de moins que la moyenne de l’OCDE, écart qui monte à 20 % après dix ou quinze ans d’ancienneté. Un professeur des écoles perçoit en moyenne un traitement mensuel de 2 694 € brut, tandis qu’un enseignant certifié touche 2 798 €. Des chiffres qui masquent un grand écart entre début et fin de carrière.

Et qui ne tiennent pas compte des primes.Le système de primes est là encore défavorable aux enseignants du primaire, qui ne bénéficient que de l’indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves, soit 100 € brut par mois. Ceux du secondaire touchent une prime fixe équivalente, à laquelle peut s’ajouter une part variable liée aux missions de professeur principal et aux heures supplémentaires.

« Elles bénéficient surtout aux hommes, les femmes restant pénalisées par la répartition des tâches au sein du couple », observe Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du Sgen-CFDT. D’autres primes sont versées aux enseignants en poste dans un réseau d’éducation prioritaire. En REP +, le « noyau dur » du dispositif, le montant peut grimper jusqu’à 4 600 € par an.

Mais ces diverses primes représentent une part relativement faible de la rémunération des enseignants : le taux de prime n’est que de 12 % pour les professeurs des écoles et de 19 % pour les certifiés. « Bien loin des 46 % enregistrés chez les attachés administratifs de l’État ou des 53 % observés chez les capitaines et lieutenants de police », insiste Catherine Nave-Bekhti.

► Pourquoi la réforme inquiète les enseignants ?Édouard Philippe l’a lui-même reconnu vendredi : « L’application absurde des nouvelles règles pénaliserait les enseignants. » Actuellement, les retraites des enseignants sont calculées sur les six derniers mois de carrière hors prime. Un système qui assure un relativement bon niveau de pension : il s’élevait à 2 600 € en moyenne pour les nouveaux retraités partis en 2017, selon le dernier bilan social du ministère de l’éducation nationale.

Mais cette moyenne cache des écarts, de 1 800 à 3 600 €, selon la catégorie et le degré d’enseignement.Dans un système à points, toute la carrière serait prise en compte, ce qui aboutirait à une pension plus faible. Les « mauvaises » années seraient intégrées, au lieu de se baser sur une toute petite partie – la meilleure – de la carrière.

Pour corriger cet effet, le gouvernement prévoit de tenir compte des primes, qui seraient intégrées pour rehausser le calcul.Or les enseignants perçoivent peu de primes. « Le niveau de pension des enseignants se dégraderait très progressivement et au fil des générations par rapport à celui des corps comparables de la fonction publique », avait admis mi-novembre.

.....


code de nouvelles: 387137  |  la-croix
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler