×
3 10.12.2019 16:20:54 16:20

Algérie: le silence embarrassé de la France accusée d’« ingérence » par le pouvoir et la rue



Le ministre algérien des Affaires étrangères Sabri Boukadoum au siège des Nations unies, à New York, le 27 septembre. Kevin Hagen / AP La diplomatie française cale une nouvelle fois sur l’Algérie. Jamais simple – histoire oblige –, la relation est au plus bas depuis le début du Hirak (le mouvement de contestation qui a commencé en février).

« Elle est au point mort », grince même un officiel à Paris. Quoi qu’elle dise, la France sera clouée au pilori par le régime ou la rue. Même le silence qu’elle s’impose apparaît suspect. « La France est dans un dilemme impossible, relève la politologue Louisa Dris Aït Hamadouche, enseignante à l’université d’Alger-III.

Le pouvoir l’utilise comme bouc émissaire en jouant sur la fibre patriotique. Et le mouvement protestataire la perçoit comme le principal soutien du régime. » Plus grave : ce « point mort » risque de durer aussi longtemps que s’éternisera l’impasse en Algérie. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Meetings perturbés, salles de votes murées.

.. En Algérie, l’impossible campagne Et cette quasi-paralysie diplomatique est on ne peut plus problématique alors que les enjeux pour la France d’une éventuelle aggravation de la crise sont immenses : importance des relations économiques, poids de la diaspora dans l’Hexagone, impact potentiel sur les voisins : la fragile Tunisie démocratique ou le Sahel, où la France est militairement engagée contre des groupes djihadistes.

« La France redoute une déstabilisation des frontières de l’Algérie, notamment au sud », pointe l’historien Benjamin Stora à Paris. « Yacht people » A rebours des fantasmes, le risque migratoire, lui, est appréhendé avec un certain sang-froid, le précédent de la « décennie noire » (années 1990) ne permettant pas d’établir de corrélation entre turbulences internes et poussée migratoire.

Si départs il y a eu ces derniers mois, ils impliquent surtout des éléments inquiets de la nomenklatura algérienne. « En cas de crise, la France aura affaire à des “yacht people” plutôt qu’à des “boat people” », ironise un observateur de la relation bilatérale. Mises bout à bout, ces répercussions possibles inspirent néanmoins la plus grande vigilance à Paris.

Le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, n’a du reste jamais manqué de souligner à quel point « la stabilité, la sécurité et le développement » de l’Algérie étaient « essentiels » [pour la France]. Mais comment concilier le Hirak avec une telle inquiétude stratégique ? Là naît l’ambiguïté qui n’aura eu de cesse de renforcer l’« impossible dilemme » de Paris.

La première maladresse est commise par Emmanuel Macron lui-même. Quand Abdelaziz Bouteflika annonce, le 12 mars, qu’il renonce à se présenter à un cinquième mandat présidentiel – tout en reportant sine die le scrutin du 18 avril –, le président français « salue » une telle décision qui, dit-il, « signe une nouvelle.

.....


code de nouvelles: 387984  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler