×
6 10.12.2019 17:12:35 17:12

Affaires des assistants parlementaires du MoDem : un préjudice provisoire évalué à près d’un million d’euros

Après les multiples mises en examen pour détournement de fonds publics, l’addition. Dans une note du 26 novembre transmise aux juges d’instruction français en charge de l’enquête sur les assistants parlementaires européens du MoDem, le Parlement européen a dressé le compte provisoire des sommes que le parti centriste pourrait avoir à lui rembourser.

Il évalue à ce jour son préjudice à 963 807 euros. Une somme qui concerne pour l’instant les contrats de six assistants parlementaires européens du MoDem, parmi lesquels celui de Matthieu Lamarre, l’un des premiers à avoir dénoncé à la justice le caractère fictif de son emploi auprès de l’eurodéputé MoDem Jean-Luc Bennahmias, ou encore le contrat de Stéphane Thérou, ancien assistant de l’ex-eurodéputé Sylvie Goulard.

La somme pourrait augmenter dans les semaines qui viennent. Les cas de plusieurs autres contrats d’assistants, dont celui de Karine Aouadj, l’une des collaboratrices de la vice-présidente du parti, Marielle de Sarnez, sont encore à l’étude. « On va avoir des surprises » Interrogé par les magistrats sur ce montant de près d’un million d’euros, vendredi 6 décembre, au cours de son interrogatoire de première comparution, qui s’était clos dans la soirée sur la notification de sa mise en examen pour détournement de fonds publics, le président du MoDem, François Bayrou, s’est d’abord montré ironique.

« Seulement ? », a-t-il réagi avant de s’en prendre à la procédure du Parlement européen. « Il se trouve qu’il y a des recours au Parlement européen. Là, on est dans une situation arbitraire, non contradictoire, ce qui est une atteinte à tous les principes juridiques auxquels nous sommes attachés.

Evalué sur quelle base ? Moi, je connais le fonctionnement du Parlement européen. Si on doit analyser le travail de chacun des assistants des députés européens, on va avoir des surprises », a-t-il dit. Des arguments balayés par la juge : « D’une part il ne s’agit pas d’un jugement ni d’une condamnation et d’autre part c’est totalement contradictoire puisque le député européen est mis en demeure de présenter dans les délais de moins d’un mois comme l’a rappelé Mme Goulard, les justificatifs de son travail avec son assistant local payé par les fonds européens.

» Le président du parti centriste a précisé ensuite à la demande des magistrats qu’il ne contestait pas qu’il y ait des contrôles, mais « la manière dont [ils] sont faits ». « Je conteste le fait qu’il y ait un jugement sans procédure contradictoire qui va frapper lourdement des parlementaires européens alors qu’aucune des règles de droit n’a été respecté.

. Normalement, dans la déclaration européenne, il y a tout ça ! » ..


code de nouvelles: 388038  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler