×
5 18.01.2020 13:07:38 13:07

Clément Noël, « le gamin parfait » du ski alpin français



Clément Noël, lors de la première manche du slalom d’Adelboden, en Suisse, le 12 janvier 2020. FABRICE COFFRINI/AFP « Clément Noël, c’est un don du ciel. » A l’évocation du nom, le visage de Fabien Saguez s’illumine. « Tout le monde aimerait bien l’avoir, c’est un peu le gamin parfait, on ne peut être que jaloux de ce genre de mec », poursuit le directeur technique national du ski.

Clément Noël, le « gamin parfait », doit prendre le départ, dimanche 19 janvier, du slalom de Wengen (Suisse), presque un an jour pour jour après sa première victoire en Coupe du monde dans cette même station des Alpes bernoises. Cinq ans qu’un Français ne s’était pas imposé en slalom. Le succès était retentissant et lançait un mois de janvier 2019 exceptionnel qui a vu le skieur de 21 ans gagner une autre « classique » du slalom, à Kitzbühel (Autriche), le temple du ski mondial, grillant la politesse à l’idole du pays, Marcel Hirscher.

A ce doublé, inédit depuis Jean-Baptiste Grange en 2008, Clément Noël eut bon goût d’ajouter une troisième couronne, à Soldeu (Andorre) mi-mars, après des Mondiaux ratés quelques semaines plus tôt à Are, en Suède. Le skieur de Val-d’Isère terminait l’hiver sur les talons de Marcel Hirscher au classement de la spécialité pour sa deuxième saison complète seulement en Coupe du monde.

Le monde du ski découvrait la nouvelle pépite du slalom. « Il est techniquement brillant, il trouve des lignes plus directes que quiconque. C’est l’avenir du ski », affirme Marcel Hirscher « Il est fantastique. Je pense qu’il sera l’un des meilleurs skieurs du monde, il a une très bonne technique », s’enthousiasmait alors Ingemar Stenmark, le monument suédois aux 86 succès en Coupe du monde dans les années 1970-1980 – un record.

Après Kitzbühel, Hirscher s’inclinait : « Il est techniquement brillant, il trouve des lignes plus directes que quiconque. C’est l’avenir du ski. » Plus grand skieur de l’histoire moderne, l’Autrichien, qui a pris sa retraite sportive en septembre à 30 ans, dit vrai : Clément Noël, c’est un style moderne, le chef de file d’une nouvelle génération de slalomeurs avec les prometteurs Italien Alex Vinatzer (20 ans) et Norvégien Lucas Braathen (19 ans).

Sa marque de fabrique ? Un ski engagé, fait de virages raccourcis, que lui autorise sa grande taille (1,91 m), quand d’autres athlètes, plus râblés, tracent des courbes plus marquées et misent sur leur puissance pour gagner en vitesse. « Ce qu’il fait, c’est innovant. Il fait moins de chemin que les autres.

. Qui dit moins de distance dit moins de temps en bas. Mais ça crée énormément de vitesse, faut arriver à la contrôler, et lui le fait mieux que les autres », admire Julien Lizeroux, le « papy » (40 ans) de l’équipe de France de slalom. ..


code de nouvelles: 432091  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler