×
7 18.01.2020 15:49:58 15:49

Il est comme ça… Olivier Dussopt



Damien Cuypers pour M Le magazine du Monde Tête de premier communiant, petite raie sur le côté comprise ; débit un peu saccadé des leçons bien apprises ; écoute attentive et polie… On voit beaucoup Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’action et des comptes publics, sur les ­plateaux de télévision pour y défendre la réforme des retraites.

Face à des syndicalistes en pétard qui ne lâchent pas facilement le crachoir, il semble mal embarqué. Déjà, confronté aux « gilets jaunes », il avait suscité l’apitoiement d’Emmanuel Macron qui, l’apercevant un jour sur le petit écran, avait plaint ce « pauvre Dussopt ». Mais, sous sa mine encore juvénile à 41 ans, se cachent une carrière ­politique déjà longue et un profil sociologique taillé pour le rôle.

D’ailleurs, lorsqu’il a fallu trouver un ­successeur à Jean-Paul Delevoye, il s’en est fallu d’un cheveu qu’il ne le remplace. Fils d’un couple ayant alterné chômage et CDD après la faillite de leur petite entreprise de ­carrosserie, il s’engage en politique à 15 ans contre le CIP (le contrat d’insertion professionnelle d’Édouard Balladur qui prévoyait un smic jeunes), alors qu’il est en classe de troisième.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La démission de Jean-Paul Delevoye fragilise l’exécutif Étudiant boursier à Sciences Po Grenoble, spécialisé dans les finances locales, il s’encarte au PS à Annonay, sa ville natale d’Ardèche, dont il deviendra maire. Il se retrouve conseiller régional de Rhône-Alpes à la suite d’un désistement, puis député en 2007 après avoir ravi sa circonscription à la droite en pleine vague sarkozyste.

Ajoutons encore qu’il fut en première ligne dans la bataille du mariage pour tous, recueillant les éloges de SOS homophobie. Bref, un vrai mec de gauche qui ne risque pas de passer pour une tête de pont du futur débarquement sur les côtes de France du fonds d’investissement américain BlackRock ! Article réservé à nos abonnés Lire aussi BlackRock, l’investisseur qui suit de près l’évolution du système français de retraite Lorsqu’il se présentait aux médias étonnés de découvrir en 2007 le visage du plus jeune député de France, Olivier Dussopt se voulait, dans l’hebdomadaire VSD de juillet 2007, l’incarnation des « valeurs ardéchoises », lesquelles sont, selon lui, « le pragmatisme, le bon sens et l’opiniâtreté ».

Également présentes sur tout le territoire national, ces valeurs avaient l’avantage de transformer le jeune élu en incarnation d’un terroir rude et authentique, associé à la crème de châtaignes, au jambon de pays et à la tomme de chèvre. Ce qui passe mieux que l’expression affichée d’une ambition à toute épreuve.

. Ainsi façonné par lui-même, il échappe aux critiques dont on agonit les défenseurs de la réforme dans les cortèges. Lui un bourgeois mondialisé ? un héritier politique ? un représentant d’une caste ? Successivement aubryste, hamoniste,.....


code de nouvelles: 432262  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler

Mots clés