×
10 19.01.2020 12:47:11 12:47

Automobile : la France déterre la hache de guerre contre les grosses allemandes

La taxation au poids, avancée en novembre dernier par Bruno Le Maire, ministre de lÉconomie, nétait pas quun coup dessai. Évacuée par la grande porte, elle revient par la petite fenêtre au travers dune attaque plus sournoise mais qui, il est vrai, nest pas sans fondement. Seul réel problème, elle vise les grandes voitures, les plus lourdes aussi, considérant sans doute que les besoins dune famille moyenne peuvent être parfaitement satisfaits en France par une Renault Clio ou une Peugeot 308, plutôt que par une Mercedes Classe E, une BMW X6 ou une Audi Q5.

Voire une Volvo, une Jaguar ou un Range Rover.En effet, lidée plutôt ingénieuse du gouvernement français, passé maître dans le tricotage fiscal, consiste à revoir les règles européennes sur les émissions de CO2 des voitures, estimant quelles favorisent les gros véhicules plus polluants. On imagine déjà que la démarche va être interprétée comme une déclaration de guerre à légard des Allemands.

Nos voisins défendent bec et ongles leurs prérogatives, et cest même comme cela quils avaient obtenu un aménagement de la règle uniforme des 95 g de CO2/km à respecter « à compter » du 31 décembre 2020. Et les pénalités tomberont ensuite avec le calcul effectué sur les véhicules réellement vendus, durant les 12 mois, à lunité près !Chacun son défi à releverOr, le défi nest pas du tout le même lorsquon sappelle Toyota, fortement orienté sur lhybride, et Mercedes, historiquement installé sur le haut de gamme.

Selon lorganisme spécialisé Jato Dynamics qui a établi un classement par constructeur, cest même le grand écart.Toyota occupe la première place fin 2018, derniers chiffres connus, avec des émissions moyennes de CO2 de 99,9 g/km, soit les plus basses parmi les vingt marques les plus vendues en Europe.

Les marques françaises occupent une bonne position avec Peugeot en seconde place (107,7 g/km), Citroën ensuite (107,9 g/km) et Renault en quatrième place (109,1 g/km). Il y a évidemment des mauvais élèves avec Mazda par exemple (135,2 g/km), qui est 19e, mais tient des solutions très originales, et Mercedes-Benz (139,6 g/km) qui occupe la dernière position.

La mise au pilori du diesel na pas arrangé les affaires, car ses ventes permettaient datteindre plus facilement lobjectif avec des émissions inférieures de 20 % à celles de lessence. Ajoutons à cela lessor des SUV, coqueluche des ventes, mais qui structurellement consomment plus quune berline équivalente.

Il est assez cocasse cependant de rapprocher leur cas de celui des monospaces quils ont dans les faits remplacés. Lopprobre aurait-il été le même si ces monospaces à destination plus ouvertement familiale avaient survécu ?
Range Rover, ici avec le Velar, était très exposé aux taxes avec la stigmatisation du diesel.

. Lintroduction de versions électrifiées aidera à verdir son image.
LAudi Q5 est lun de ceux qui a aidé au transfert des familles du monospace vers le SUV. Avec lhybridation, il peut abaisser ses émissions mais la France veut le taxer au.....


code de nouvelles: 432864  |  Le Point
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler