×
9 21.01.2020 15:53:33 15:53

Elections municipales 2020 : Anne Hidalgo, mal-aimée mais favorite à Paris

Analyse. La question est simple : « Souhaitez-vous qu’Anne Hidalgo soit réélue pour un deuxième mandat ? » La réponse l’est tout autant : pour 60 % des Parisiens interrogés, c’est non, selon un sondage effectué en novembre 2019 par OpinionWay pour le compte de Benjamin Griveaux auprès de 2 942 électeurs à Paris.

Un rejet massif, donc, confirmé par plusieurs autres enquêtes. Sectaire, rigide, démagogue, mauvaise gestionnaire : aux yeux d’une partie des électeurs, la maire de Paris constitue une catastrophe vivante. Tout ce qu’ils exècrent. Et pourtant, elle reste la favorite de la campagne pour les municipales de mars.

« Malgré son image, tout est ouvert », constate Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos. Un étonnant paradoxe. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections municipales à Paris : Cédric Villani attaque Benjamin Griveaux pour un sondage « biaisé » Le peu de soutien de l’édile socialiste dans l’opinion frappe d’autant plus qu’ailleurs en France, les maires sortants bénéficient plutôt d’une prime liée à la figure de rassembleur actif, dévoué, proche des gens, que représentent souvent ces élus locaux.

C’est l’inverse pour Anne Hidalgo. Avec 25 % des intentions de vote au premier tour selon le dernier pointage de l’IFOP publié dimanche 19 janvier par Le Journal du dimanche, elle est en tête, mais part d’une base faible, plus faible que Martine Aubry à Lille, Gérard Collomb à Lyon, Nicolas Florian à Bordeaux et bien d’autres.

La comparaison avec son prédécesseur socialiste se révèle également cruelle. En mars 2013, soit douze ans après son élection, Bertrand Delanoë demeurait bien plus populaire : une large majorité des Parisiens se déclaraient alors satisfaits de son action. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections municipales à Paris : Dati remplace Griveaux comme rival numéro un d’Hidalgo « A Paris, les batailles sont toujours plus âpres, plus marquées politiquement, et le maire ne profite pas du consensus qui peut exister ailleurs », analyse Brice Teinturier D’où vient ce désamour ? « A Paris, les batailles sont toujours plus âpres, plus marquées politiquement, et le maire ne profite pas du consensus qui peut exister ailleurs, analyse Brice Teinturier.

Mais, du fait de ce qu’incarne Anne Hidalgo, son image est particulièrement contrastée. Très positive à gauche et chez les écologistes ; tout aussi négative à droite. » L’enquête réalisée par l’IFOP en novembre 2019 montre ce violent clivage de façon éclatante. Anne Hidalgo ferait-elle une bonne maire de Paris en 2020 ? Chez les sympathisants du Parti socialiste, de La France insoumise et des écologistes, c’est le cri du cœur : le « oui » l’emporte à 69 %.

. Il tombe en revanche à 17 % chez les soutiens de La République en marche, et à 12 % chez ceux de la droite et de l’extrême droite. ..


code de nouvelles: 434986  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler