×
4 23.01.2020 22:02:13 22:02

Loi sur la bioéthique : le Sénat rejette l’autoconservation des gamètes

A la surprise générale, le Sénat n’a pas adopté, jeudi 23 janvier, l’autoconservation des gamètes (ovocytes et spermatozoïdes), hors critères médicaux. La mesure, prévue dans l’article 2 du projet de loi de bioéthique, a recueilli 119 voix pour et 119 contre. Soixante-quinze sénateurs se sont abstenus.

En l’absence de majorité, l’article a donc été rejeté. Une annonce immédiatement saluée sur les réseaux sociaux par La Manif pour tous, mobilisée contre le texte. Le @Senat supprime larticle 2 du #PJLBioethique relatif à l’autoconservation des gamètes sans raison médicale. Bon… https://t.co/wpl2XexFoX— LaManifPourTous (@La Manif Pour Tous) Les vingt-quatre sénateurs La République en marche (LRM) se sont abstenus, ce qui a largement contribué à faire basculer le résultat.

Ultime rebondissement L’autoconservation des gamètes est aujourd’hui très encadrée et soumise à des motifs médicaux, pour prévenir des risques de stérilité liés à des traitements contre le cancer, par exemple. Autre cas de figure, depuis 2016, les femmes faisant un don d’ovocytes ont la possibilité d’en conserver une partie pour une grossesse ultérieure.

Avant cet ultime rebondissement, les sénateurs ont longuement débattu dans la matinée de l’opportunité d’élargir cette disposition en dehors de tout critère médical. A droite, plusieurs sénateurs ont mis en garde contre les risques de pression sociale, notamment des employeurs, qui pourraient l’accompagner, tandis que le droit des femmes à disposer de leur corps était défendu largement sur les bancs d’en face.

Lire aussi Le Sénat vote la PMA pour toutes, mais limite son remboursement Juste avant le vote, le secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance, Adrien Taquet, représentant le gouvernement, avait prévenu que les modifications apportées à l’article au Palais du Luxembourg le conduiraient à revenir dessus à l’Assemblée nationale.

En cause, deux amendements adoptés par le Sénat avant le vote final de l’article : l’extension aux centres privés à but lucratif de l’activité ainsi que la décision de laisser aux équipes médicales l’appréciation des critères d’âge. Il fait peu de doute que l’Assemblée nationale, qui a le dernier mot, rétablira l’article en deuxième lecture.

Avant cela, les sénateurs se pencheront sur les autres aspects du texte, avec un vote solennel prévu le 4 février. Solène Cordier Contribuer Partage Partager sur Facebook Partager sur Facebook Envoyer par e-mail Envoyer par e-mail Partager sur Messenger Partager sur Messenger Partager sur Whatsapp Partager sur Whatsapp Plus d’options Plus d’options Plus d’options Twitter Linkedin Copier le lien Dans la même rubrique .

..


code de nouvelles: 438160  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler