×
4 23.01.2020 22:02:29 22:02

Municipales : à Grenoble, Eric Piolle porte plainte pour diffamation contre un proche d’Alain Carignon

Lors de ses vœux à la presse, le 9 janvier, le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle, avait souligné qu’il est de sa responsabilité de tenir le débat public à l’abri des « fake news ». Et qu’il comptait saisir la justice contre ceux qui font « circuler des informations mensongères » dans le « seul but » de « [l’]atteindre » et « de manipuler les élections ».

Mardi 21 janvier, le procureur de la République de Grenoble, Eric Vaillant, a confirmé la réception d’une plainte pour diffamation – avec constitution de partie civile – de l’élu Europe Ecologie-Les Verts (EELV), candidat à sa réélection en mars, et qu’un sondage place en position de favori.

Cette plainte, dont Le Monde a obtenu copie, vise François Tarantini, un proche collaborateur d’Alain Carignon, ancien maire RPR de Grenoble (1983-1995) et l’un des principaux adversaires d’Eric Piolle dans la course aux municipales. Dans le viseur du maire et de son avocat, Me Thomas Fourrey, la publication, le 8 janvier, d’un article mettant en cause le candidat d’Europe Ecologie-Les Verts sur un blog sans mentions légales mais supposément alimenté par François Tarantini, par ailleurs responsable du collectif de soutien à Alain Carignon.

« Ou toute personne que l’instruction permettra d’identifier en qualité d’auteur ou complice », précise la plainte. Le ou les auteurs du texte suggèrent que l’actuel maire de Grenoble se serait rendu coupable de prise illégale d’intérêts en participant à l’attribution de subventions publiques au bénéfice indirect de Raise Partner, une entreprise de gestion de risques financiers codirigée par son épouse et dont il détient 1 % des parts, soit 9 000 euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Grenoble, le match Piolle-Carignon électrise la campagne municipale La veille de cette publication, lors d’une conférence de presse, François Tarantini et deux autres membres du collectif avaient exposé leurs soupçons et indiqué avoir adressé un signalement au parquet, qui n’a pas confirmé l’information.

Lors de ses vœux aux journalistes, Eric Piolle a rétorqué qu’aucune subvention publique n’a été votée en faveur de cette entreprise « depuis 2009 », une date à laquelle il n’était pas encore conseiller régional. « J’ai été élu en 2010. Je vous laisserai tirer le vrai de la calomnie », s’est-il défendu avant de tancer poliment une partie de son auditoire, coupable à ses yeux d’avoir relayé ces accusations « sans l’obligation de vérification, de prudence, et de sérieux ».

. « Le but poursuivi est indubitablement de porter atteinte à l’honneur et à la considération du maire de Grenoble, à travers l’accumulation d’imprécisions, de sous-entendus, de raccourcis polémiques qui ne reposent sur aucune base factuelle et précise », détaille la plainte. ..


code de nouvelles: 438162  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler