×
6 23.01.2020 22:04:24 22:04

Édouard Philippe : « Ce système universel de retraites va vivre très longtemps »

La Croix : Le projet de loi de réforme des retraites arrive ce vendredi 24 janvier en conseil des ministres. Est-ce que la bataille est gagnée ?Édouard Philippe : Je n’ai jamais envisagé cette réforme sous l’angle d’une bataille. Ce projet a pour but de refonder le système pour qu’il soit beaucoup plus juste, plus solide et plus adapté aux transformations du monde du travail de demain.

La refondation d’un pacte social, une transformation de cette ampleur n’est pas une guerre ! On le fait en travaillant, en dialoguant, en essayant de convaincre. En n’étant pas naïf non plus : dès qu’on touche au système des retraites, il y a des oppositions et des réticences, ce que je n’ai jamais jugé illégitime.

→ ANALYSE. Ce que contient le projet de loi retraitesMais est-ce que je suis optimiste ? Oui, car nous avons beaucoup travaillé. Les grandes organisations syndicales réformistes et les organisations patronales ont décidé de poursuivre le dialogue social pour améliorer le projet et trouver les moyens de ramener notre système actuel à l’équilibre financier.

Et je fais confiance au débat parlementaire pour perfectionner encore le texte de loi.Je crois que l’aspiration de nos concitoyens à un système vraiment universel est puissante. Je crois que la responsabilité à laquelle ils nous appellent, de garantir le financement à terme des retraites, est forte.

Enfin je crois que le caractère massivement redistributif de cette réforme de progrès social va être compris et approuvé.Pourquoi n’avez-vous pas réussi à en convaincre les Français, qui restent majoritairement opposés à la réforme ?É. P. : Les retraites, c’est un sujet complexe et anxiogène. Il est très difficile de susciter d’emblée l’adhésion­ et l’enthousiasme.

Mais la construction d’un système universel correspond à la volonté d’une très grande majorité de Français. Beaucoup de nos concitoyens ne comprennent pas pourquoi subsistent des régimes spéciaux très favorables, qui en appellent massivement à la solidarité nationale, alors qu’eux-mêmes, notamment s’ils sont précaires, artisans, commerçants ou agriculteurs, perçoivent de toutes petites retraites.

L’envie d’universalité, de plus d’équité, de solidarité et de justice, est très forte dans le pays.Y aura-t-il des gagnants et des perdants ?É. P. : Si l’on sort des logiques catégorielles, tout le monde a intérêt à un système plus juste et plus solide. Nous allons mieux protéger les femmes, notamment celles qui ont des carrières hachées, protéger la valeur des pensions en faisant évoluer la valeur du point en fonction des salaires et non pas de l’inflation comme c’est le cas aujourd’hui, garantir aux plus jeunes que le système par répartition ne vit pas à crédit.

. Franchement, qui peut être perdant dans cette refondation ?S’il y a davantage de redistribution envers les plus fragiles, c’est bien qu’il y aura des perdants. Pourquoi ne pas l’assumer ?É. P. : Des gagnants et des perdants par rapport à quoi.....


code de nouvelles: 438163  |  la-croix
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler