×
8 14.02.2020 14:33:21 14:33

Communautarisme : Emmanuel Macron a pris le temps de la réflexion

Dans un entretien qu’il avait accordé au magazine Le 1 en 2016, huit mois avant son élection, le candidat Macron avait planté les deux balises qui cadrent sa conception de la place de l’islam. D’une part « s’assurer que partout, les règles de la République prévalent sur celles de la religion ».

D’autre part, éviter « le risque de séparer toute une communauté de Français ». Or depuis son arrivée à l’Élysée, le président est attendu pour préciser le contenu politique d’un espace ainsi tracé.Alors que l’opposition, les cercles intellectuels et leurs relais médiatiques le pressent depuis deux ans et demi de s’exprimer sur son projet républicain, Emmanuel Macron semble prendre son temps.

Le candidat est arrivé au pouvoir avec une conception libérale de la laïcité, respectueuse de l’expression des religions dans l’espace public, et une sensibilisation très forte au problème de la relégation sociale des quartiers. Mais la persistance des attaques terroristes (gare de Marseille en 2017, marché de Noël de Strasbourg en 2018, préfecture de police de Paris en 2019) l’a poussé sur le terrain sécuritaire.

D’où la difficulté à percevoir où se joue la synthèse macronienne.S’il temporise, le président ne manque pas de laisser infuser le sujet dans l’opinion publique, par petites touches. L’an dernier, lors du grand débat national consécutif à la crise des gilets jaunes, Emmanuel Macron introduit dans les thèmes de la consultation celui du communautarisme, qui ne semblait pourtant pas au cœur des préoccupations sociales.

Le 25 avril 2019, dans son discours de conclusion de cette consultation, il revient sur sa politique de « reconquête républicaine » en affirmant : « Je souhaite que nous allions beaucoup plus loin en renforçant le contrôle sur les financements venant de l’étranger, en étant beaucoup plus durs à l’égard de toutes les formes de cet islamisme politique, de ce communautarisme, de cette sécession au sein de notre République.

»À mi-mandat, le temps de la réponseÀ mi-mandat, voilà donc venu le temps de la réponse. Le président, soucieux de pédagogie, a toujours pris soin de distinguer les différentes problématiques en jeu : l’organisation de l’islam ; la lutte contre les replis communautaires et la promotion de la laïcité ; enfin, le combat du radicalisme.

Le président devrait procéder par étapes, confirmait-on, mardi 11 février à l’Élysée, tout en précisant que rien n’est encore définitivement calé. Le déplacement de la semaine prochaine en région, sans doute dans l’est de la France, pour parler de l’islam, serait suivi d’un autre, la semaine suivante, dans une ville de banlieue parisienne, consacré au problème du repli communautaire.

.Des interrogations demeurentOutre le détail des mesures annoncées – qui pourrait intervenir seulement après les municipales –, des interrogations demeurent sur ce dossier dont rien ne filtre. Quelle sera la place accordée aux questions de l’immigration, de l’intégration,.....


code de nouvelles: 467373  |  la-croix
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler