×
8 27.02.2020 22:28:28 22:28

Nordahl Lelandais mis en examen dans une nouvelle affaire d’agression sexuelle sur mineure

Nordahl Lelandais, soupçonné du meurtre de la petite Maëlys en 2017 en Isère, a été mis en examen jeudi 27 février pour une nouvelle affaire d’agression sexuelle sur une petite cousine. Extrait mercredi de sa cellule de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), il a été présenté jeudi à une juge d’instruction de Charleville-Mézières (Ardennes), qui lui a signifié sa mise en examen, a annoncé à l’Agence-France-Presse (AFP) une source proche du dossier.

Au début de février, les gendarmes de la section de recherches de Reims l’avaient entendu en garde à vue dans le cadre d’une information judiciaire ouverte après la plainte d’une petite cousine. Les faits dénoncés par l’adolescente remonteraient à mars 2017 c’est-à-dire un mois avant l’assassinat du caporal Arthur Noyer (en avril 2017 en Savoie) pour lequel Nordahl Lelandais est déjà mis en examen.

A cette date, l’adolescente avait 14 ans. Lire le portrait de 2018 : Qui est Nordahl Lelandais, le suspect dans l’affaire Maëlys ? Dans une vidéo diffusée à l’été 2019 par BFM-TV – où elle apparaît dans l’ombre sans qu’on puisse la reconnaître, sa voix ayant été modifiée – elle raconte avoir subi, le jour de l’enterrement de son père, des attouchements de la part de son « grand cousin ».

Le mis en cause aurait ensuite menacé de la tuer si elle disait quelque chose. Deux ans plus tard, la jeune fille a porté plainte après s’être confiée à sa mère. Plusieurs mises en examen Outre cette nouvelle mise en examen, et celle pour l’assassinat du caporal Arthur Noyer, l’ancien maître-chien, âgé de 37 ans, est également mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys (à la fin d’août 2017 en Isère) et pour des agressions sexuelles commises sur deux autres petites-cousines quelques semaines auparavant, âgées de quatre et six ans au moment des faits.

Au total, Nordhal Lelandais pourrait être impliqué dans une quarantaine de dossiers de disparitions non élucidées, a annoncé lundi 18 février, le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la gendarmerie nationale. En janvier 2018, une cellule baptisée « Ariane » avait été créée au sein du service central du renseignement criminel de la gendarmerie avec pour mission d’examiner quelque neuf cents affaires de cette nature.

Lundi, invité par RTL, le général Lecouffe a précisé que les sept agents affectés en permanence à cette tâche n’étaient toutefois pas chargés de mener à bien les enquêtes. Lire aussi Nordahl Lelandais : une quarantaine d’enquêtes rouvertes Le Monde avec AFP Contribuer Partage Partager sur Facebook Partager sur Facebook Envoyer par e-mail Envoyer par e-mail Partager sur Messenger Partager sur Messenger Partager sur Whatsapp Partager sur Whatsapp Plus d’options Plus d’options Plus d’options Twitter Linkedin Copier le lien Dans la même rubrique .

..


code de nouvelles: 486758  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler