×
22 10.05.2019 10:19:57 10:19

Nucléaire : la prudence européenne après "l'ultimatum" de l'Iran

Pourquoi cest important ? En pleine crise post-Brexit, le dossier du nucléaire iranien s’est invité à Sibiu, en Roumanie, lors d’un sommet sur l’avenir de l’Union européenne qui s’est ouvert jeudi.Un cas pratique épineux pour les Européens, qui avaient prévu de débattre, sans la Première ministre britannique Theresa May, de leur rôle sur la scène mondiale.

La veille, Téhéran avait lancé un ultimatum aux 27, leur donnant deux mois pour sortir réellement les secteurs pétroliers et bancaires iraniens de leur isolement provoqué par les sanctions américaines, faute de quoi la République islamique renoncerait à des engagements pris dans l’accord international de 2015.

Que demande lIran ? Dans ce climat de tension exacerbée, Téhéran avait déjà décidé mercredi de s’affranchir de deux des engagements de cet accord qui limite drastiquement le programme nucléaire iranien empêchant le pays de se doter de la bombe atomique.

L’Iran avait ainsi fait savoir qu’il cessait de limiter ses réserves d’eau lourde et d’uranium enrichi, revenant sur des restrictions consenties par l’accord conclu à Vienne en juillet 2015. Après ces décisions, les Européens avaient exprimé jeudi leur vive préoccupation.

Que veut lEurope ? Nous demeurons pleinement attachés à la préservation et à la mise en œuvre intégrale de l’accord sur le nucléaire, une réalisation essentielle dans l’architecture mondiale de non-prolifération nucléaire, qui est dans l’intérêt de la sécurité de tous, ont souligné l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni avant le début de la rencontre à Sibiu.

Car, s’ils ont rejeté les menaces iraniennes, les Européens ont toutefois réaffirmé leurs engagements fermes pour la levée des sanctions au profit du peuple iranien, déplorant que les États-Unis aient à nouveau imposé des sanctions après leur retrait de l’accord en 2018.

Mercredi, Washington a en effet encore durci ses sanctions économiques contre l’Iran, en ajoutant l’acier, le fer, l’aluminium et le cuivre aux secteurs visés par des mesures punitives. Malgré ce regain de tension, les pays de l’Union européenne se disent déterminés à poursuivre (leurs) efforts pour permettre la poursuite du commerce légitime avec l’Iran, en particulier via le système de troc, dit de l’Instex, mis sur pied par Paris, Berlin et Londres fin janvier, pour contourner le dollar.

. Un sommet pour planifier un.....


code de nouvelles: 49093  |  Le Journal de Saône-et-Loire
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler