×
7 25.03.2020 20:24:13 20:24

Comment Thomas Pesquet a participé à la lutte contre le coronavirus depuis l'espace

Comment lexpérience Matiss, réalisée à bord de la Station spatiale internationale par Thomas Pesquet lors de la mission Proxima en 2016, participe sur le moyen terme à la lutte contre le coronavirus et autres virus et bactéries. Les explications de Laurence Lemelle, biominéralogiste, et de Christophe, biophysicien, responsables de lexpérience Matiss et tous les deux chercheurs à lÉcole normale supérieure de Lyon (ENS).

Vous aimez nos Actualités ?Inscrivez-vous à la lettre dinformation La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.Alors que lépidémie de coronavirus sest généralisée un peu partout dans le monde, de nombreux instituts publics et de grands groupes pharmaceutiques privés sorganisent dans le but dobtenir un traitement et de trouver un vaccin dans les délais les plus courts possibles.

En temps « normal », trouver un vaccin efficace et dénué deffets indésirables peut prendre des mois, voire plusieurs années. Dans le cas de cette crise sanitaire inédite, les pouvoirs publics de nombreux pays se sont engagés à diminuer les contraintes administratives et réglementaires pour permettre la mise sur le marché dun traitement ou dun vaccin dans des délais de moins dun an, voire 18 mois maximum.

À ces recherches décidées dans limmédiateté et la précipitation, dautres travaux, plus discrets et sétalant sur plusieurs années, contribuent à réduire les risques de propagation épidémique. Cest notamment le cas de lexpérience Matiss (Microbial Aerosol Tethering on Innovative Surfaces in the international space Station) quavait menée Thomas Pesquet en 2016, à bord de la Station spatiale internationale, dans le cadre de sa mission Proxima.

Matiss a été conçue à lENS de Lyon pour élaborer une expérience en partenariat avec le Cnes, le CEA-Leti et Saint Gobain. Comme nous lexpliquent Laurence Lemelle, biominéralogiste, et Christophe, biophysicien, tous deux responsables de Matiss, cette expérience à bord de lISS « a permis de tester de nouvelles surfaces dites intelligentes en vue de moduler la bio-contamination des surfaces dans des environnements confinés comme les modules de complexes orbitaux et véhicules spatiaux ».

Bien que Matiss ne soit pas une « expérience dédiée spécifiquement à la lutte contre le coronavirus ou tout autre virus, et bactéries », ses apports scientifiques permettent néanmoins de « proposer des solutions contre la bio-contamination sur Terre dans des milieux confinés ou de réduire les risques de propagation épidémique.

.....


code de nouvelles: 516669  |  futura-sciences
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler