×
12 26.03.2020 04:40:04 04:40

Coronavirus, l’armée aide à la hauteur de ses moyens

« Nous sommes en guerre » et « cela requiert notre mobilisation générale ». Depuis l’adresse aux Français du président de la République le 16 mars, l’armée est engagée de différentes manières dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus.Mercredi 25 mars au soir, au cours d’une nouvelle allocution depuis Mulhouse, Emmanuel Macron a renforcé cet engagement avec le lancement d’une opération appelée « Résilience », qui sera « entièrement consacrée à l’aide et au soutien aux populations, ainsi qu’à l’appui aux services publics ».

Les militaires engagés dans cette mission seront déployés « en métropole et en outre-mer, en particulier dans les domaines sanitaire, logistique et de la protection ».Emmanuel Macron annonce un « plan massif » pour l’hôpital et mobilise l’arméeUn Airbus A330 équipé du module de réanimation « Morphée » a déjà effectué trois évacuations pour un total de 18 malades, depuis Mulhouse vers des hôpitaux militaires, à Toulon et Marseille, et des hôpitaux civils, à Bordeaux, Brest et Quimper.

Le porte-hélicoptères Tonnerre a quant à lui transféré 12 patients de Corse vers quatre hôpitaux marseillais.Enfin, un « élément militaire de réanimation » avec 30 lits a été installé sous des tentes juste à côté du centre hospitalier de Mulhouse, particulièrement engorgé depuis le début de la crise sanitaire.

C’est dans cet hôpital de campagne, où sont mobilisés une centaine de soignants militaires - médecins et infirmiers anesthésistes-réanimateurs, épidémiologistes, aides-soignants - que le chef de l’État s’est rendu mercredi 25 mars.« Mes moyens ne sont pas illimités »La veille, à l’Assemblée nationale, la ministre Florence Parly avait assuré que « les armées répondent présentes » et « continueront ».

Avec près de 14 800 personnels, le service de santé des armées (SSA) se retrouve ainsi en première ligne. Cinq des huit hôpitaux d’instruction des armées - Begin, Percy, Sainte-Anne, Clermont-Tonnerre, Laveran - sont en soutien des établissements civils. De la même façon, la médecine militaire avait accueilli des victimes physiques et psychologiques des attentats de 2015 et fait partie des plans de l’État en cas de risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques.

Coronavirus, quel rôle pour l’armée ?Reste que le SSA représente seulement 1 % du service public de soins. « Ma mission première est d’apporter le soutien médical à nos armées en opération et mes moyens ne sont pas illimités », reconnaissait Marilyne Gygax-Genero, médecin et directrice centrale du SSA, le 21 mars, sur le site du Journal du dimanche.

« Nous faisons au mieux de nos capacités », ajoutait-elle. Or le montage de l’hôpital de campagne à Mulhouse a montré la lourdeur logistique d’une telle opération. « Ce n’est pas juste juxtaposer des lits, expliquait-on au ministère. Il faut créer l’environnement technique et sécurisé pour la prise en charge de patients lourds.

. »« Maintenir les armées en opérations »Le problème.....


code de nouvelles: 517211  |  la-croix
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler