×
9 15.05.2019 19:26:10 19:26

Planck et Herschel : retour en images sur les satellites les plus complexes d’Europe

Il y a 10 ans, lAgence spatiale européenne lançait les observatoires spatiaux Planck et Herschel. Le premier, conçu pour étudier les infimes variations de température du fond diffus cosmologique et le second, premier satellite à observer lUnivers jusque dans les rayonnements submillimétriques.

Réalisés par Thales Alenia Space, ces deux satellites sont considérés comme les plus complexes jamais réalisés en Europe. Nous vous expliquons pourquoi.Vous aimez nos Actualités ?Inscrivez-vous à la lettre dinformation La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.

Le 14 mai 2009, il y a 10 ans jour pour jour, un lanceur Ariane 5 lançait, depuis Kourou, Herschel et Planck. Ces deux observatoires spatiaux, réalisés par Thales Alenia Space (TAS) pour le compte de lAgence spatiale européenne (ESA), ont été conçus pour dévoiler certains des secrets les mieux gardés de lUnivers, comme la formation des étoiles et des galaxies (Herschel) ou du Big Bang (Planck).

À lépoque de leur réalisation, Thales Alenia Space sétait entourée dune des plus grandes équipes industrielles jamais réunies pour un projet de cette nature avec 500 personnes et plus de 90 contractants dans 17 pays. Ces deux observatoires avaient contraint TAS à de réelles innovations technologiques.

Planck a été le satellite le plus froid jamais lancé et Herschel, avec son miroir primaire de 3,5 mètres, était le plus grand observatoire spatial dimagerie jamais réalisé. Ils restent à ce jour répertoriés parmi les satellites scientifiques les plus complexes jamais réalisés en Europe.


Le satellite Planck et son système de refroidissement passif. © Remy Decourt Pour parvenir à observer le rayonnement fossile dont la température est de 2,725 K (-270,435 °C) et déceler les infimes variations de température quil comporte et qui nexcèdent pas 0,002 °C, Planck se devait dêtre refroidi dans ce même ordre de grandeur.

Or, à lépoque, lindustrie spatiale navait jamais construit de satellite aussi froid. Avec des températures de fonctionnement proches du zéro absolu, TAS a dû innover au niveau de la cryogénie et concevoir un système de refroidissement passif et actif qui faisait appel à des technologies complètement nouvelles.

Trois écrans thermiques et des refroidisseurs inédits pour l’époqueLe système passif du satellite se composait de trois écrans thermiques en aluminium situés entre le télescope et la plateforme. Ce concept, alors entièrement nouveau, avait été.

.....


code de nouvelles: 59008  |  futura-sciences
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler