×
3 16.05.2019 00:26:10 00:26

Des tremblements de Lune révèlent qu'elle continue de rétrécir

Comme lont montré les sismomètres posés sur la Lune par les missions Apollo, notre satellite naturel est toujours animé par une activité tectonique. Des chercheurs ont probablement trouvé doù proviennent plusieurs des séismes peu profonds détectés et quelles sont leurs causes.

Vous aimez nos Actualités ?Inscrivez-vous à la lettre dinformation La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.Il ny a pas que sur la Terre que le sol peut trembler. Sur Mars, latterrisseur Insight a récemment posé un sismométre pour écouter battre le cœur de la Planète rouge (on en a déjà entendu un).

Mais, hormis notre Planète, le premier endroit du Système solaire écouté par des géologues et des planétologues fut, bien sûr, le corps céleste le plus proche de nous : la Lune. Il y a près dun demi-siècle, en effet, grâce aux quatre sismomètres déposés sur la face visible de notre satellite par les missions Apollo, les chercheurs ont découvert que lastre sébroue régulièrement et pour différentes raisons.

Entre 1969 et 1977, pas moins de 28 séismes peu profonds, de magnitude 2 à 5 sur léchelle de Richter, furent enregistrés sans que leur origine ne puisse vraiment être établie. Sy ajoutent quelque 11.000 petits tremblements venus des profondeurs, entre 800 et 1.

000 kilomètres, et attribués, quant à eux -- cest ce que suspectent les recherches -- aux effets gravitationnels de la danse de la Lune avec la Terre sur sa structure interne. Et à ceux-là, il faut joindre des séismes provoqués par les chutes des météorites, au rythme dun par jour en moyenne.

Reconstitution en 3D à partir des images de la sonde LRO du site de la vallée de Taurus-Littrow où court une faille jeune. Apollo 17, la dernière mission lunaire habitée, s’est posée non loin de là et il est probable que les astronautes aient roulé en bordure de cette faille nommée Lee Lincoln.

© Nasa, Goddard, SVS, Ernie WrightLa Lune rapetisseEn analysant les données collectées par les sismomètres dApollo au prisme dun algorithme utilisé pour épingler des séismes détectés par des réseaux de stations dispersées sur Terre, Thomas R.

Watters, de la Smithsonian Institution, et son équipe ont pu établir des liens entre des tremblements de Lune peu profonds et des failles découvertes en 2010 par la sonde LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter). Des fissures visibles en surface et considérées comme âgées de moins de 50 millions dannées, autrement dit, qui sont jeunes.

.Quelle.....


code de nouvelles: 60574  |  futura-sciences
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler