×
24 19.05.2019 12:35:11 12:35

Cannes 2019: Alain Delon, les grands films du Samouraï du 7e art

«Il n’y a pas de plus profonde solitude que celle du samouraï. Si ce n’est celle d’un tigre dans la jungle...Peut-être...» Rien ne décrit mieux le personnage d’Alain Delon que l’épigraphe extrait du Bushido (Le livre du samouraï NDLR) par Jean-Pierre Melville pour ouvrir son chef-d’œuvre de film noir.

Caractère ombrageux, solitaire, le jeune premier à la beauté magnétique qui bouleversera ses premiers maîtres René Clément et Luchino Visconti, Alain Delon recevra dimanche 19 mai une palme d’honneur décerné à Cannes pour l’ensemble de sa carrière.» LIRE AUSSI - Alain Delon: «On m’aime ou on ne m’aime pas, mais on ne peut pas contester ma carrière» La carrière d’Alain Delon débute en 1957 par un film qui aujourd’hui encore lui tient à cœur, Quand la femme s’en mêle d’Yves Allégret.

L’immense comédienne Edwige Feuillère, à qui il donne la réplique, devient sa marraine de cinéma. Le futur monstre sacré ne l’oubliera jamais.» LIRE AUSSI - Cannes 2019: Alain Delon s’affiche en Plein Soleil La suite, fulgurante, de son destin d’acteur appartient déjà aux meilleures anthologies. Bien sûr, Plein Soleil de René Clément où au côté de Maurice Ronet, son grand ami, son talent explose.

Puis il y aura les grands italiens: Luchino Visconti (Rocco et ses frères, Le Guépard) et Michelangelo Antonioni (L’Éclipse). Quelques années après la guerre d’Indochine, le cinéma avait trouvé son ange diabolique.» LIRE AUSSI - Les confidences d’Alain Delon: «J’ai été plus aimé que je n’ai moi-même aimé» En hommage à cette carrière exceptionnelle et à l’occasion de sa palme d’honneur Le Figaro a écrit le florilège de sa filmographie: de Plein Soleil à Astérix aux jeux Olympiques, où il accepta de se moquer de son image, en passant bien sûr par Le Guépard, Le Samourai ou encore le dramatique Monsieur Klein de Joseph Losey.

Une collection de films qui ressemble à cette réplique de Jeff Costello, le solitaire tueur à gages mise en scène par Melville: «Je ne perds jamais. Jamais vraiment.»● Quand la femme s’en mêle d’Yves Allégret, sur les écrans en 1957, avec Edwige Feuillère, Bernard Blier, Jean Servais, Alain Delon, Sophie Daumier.

.. ● Plein Soleil de René Clément, sur les écrans en 1960, avec Alain Delon, Maurice Ronet, Marie Laforêt... ● Rocco et ses frères (Rocco e i suoi fratelli) de Luchino Visconti, sur les écrans en 1960, avec Alain Delon, Renato Salvatori, Annie Girardot, Claudia Cardinale, Roger Hanin.

.. ● L’Éclipse (L’Eclisse) de Michelangelo Antonioni, sur les écrans en 1962, avec Monica Vitti, Alain Delon, Francisco Rabbal, Louis Seigner... ● Mélodie en sous-sol d’Henri Verneuil, sur les écrans en 1963, dialogue de Michel Audiard, avec Jean Gabin, Alain Delon, Maurice Biraud, Dora Doll, Henri Virlogeux, José Luis de Vilallonga.

... ● Le Guépard (Il Gattopardo) de Luchino Visconti, sur les écrans en 1963, Palme d’or au Festival de Cannes 1963, avec Burt Lancaster, Alain Delon,.....


code de nouvelles: 67947  |  lefigaro
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler