×
9 20.05.2019 21:37:10 21:37

Romain Gary entre dans la Pléiade : des brindilles au vent...

Le n° 328 du journal Gringoire, daté du vendredi 15 février 1935, a été tiré à 481 850 exemplaires. La plupart ont disparu, à la poubelle sitôt que lus – « Homère, disait Péguy, est nouveau ce matin, et rien nest peut-être aussi vieux que le journal daujourdhui. ». Mais il nest pas impossible quil en reste un quelque part au fond dun carton, oublié là parmi dautres vieilleries quon naura pas pris la peine de jeter.

Qui se soucierait encore de lexemplaire jauni dun journal du 15 février 1935 si navait pas été publiée ce jour-là, en page 10, la nouvelle inédite dun jeune homme qui vient de faire son entrée dans la Pléiade ? « LOrage » est le titre de cette nouvelle, Romain Kacew le nom de son auteur.Romain, qui sappelait Roman, naît en 1914 à Vilnius, qui sappelait Wilno et quen ce temps-là on appelait encore la Jérusalem de Lituanie : 60 000 Juifs y vivent au début des années 20 ; ils ne seront plus que mille après la guerre.

Cest à Moscou quil passe les premières années de sa vie, avant de rentrer à Wilno en 1921. Les premiers souvenirs se forgent dans une cour dimmeuble, celui du n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, où il vit seul avec une mère exigeante et fantasque, excessive, débordant damour et dambition pour son fils : elle lui prédit un destin grandiose, il sera aviateur, ambassadeur de France, écrivain, il connaîtra les plus belles femmes du monde et shabillera à Londres.

Voilà le programme.Philippe Labro - « Romain Gary et Joseph Kessel étaient des légendes ! »Et le voilà en France, en 1928, à Nice où sa mère et lui sont arrivés depuis Vilnius, via Varsovie. La mère vend de largenterie quelle fait passer pour celle de la famille impériale, puis gère lhôtel-pension Mermonts où le fils se met à écrire.

Il a vingt ans quand « LOrage » paraît dans Gringoire : « Il est difficile de décrire la sensation que la publication de la nouvelle provoqua au marché de la Buffa. Un apéritif dhonneur fut offert à ma mère par la corporation, et des discours furent prononcés, avec laccent. Ma mère mit le numéro de lhebdomadaire dans son sac et ne sen sépara plus jamais.

À la moindre altercation, elle le sortait de là, le dépliait, fourrait la page ornée de mon nom sous le nez de ladversaire, et disait : – Rappelez-vous à qui vous avez lhonneur de parler ! Après quoi, la tête haute, elle quittait triomphalement le terrain, suivie par des regards éberlués. »Quand il écrit ce passage de La Promesse de laube, Romain Kacew est devenu Romain Gary.

Il a fait son droit puis ses classes militaires puis la guerre ; il a publié Éducation européenne, un premier roman remarqué ; il est devenu diplomate ; il a continué à écrire en dépit de trois échecs successifs ; et avec Les Racines du ciel, à quarante-deux ans il a remporté le Goncourt. Le succès vient rarement sans son lot de critiques : « Si le héros des Racines du ciel fonde un comité pour la défense des éléphants, nous pensons quil est dès maintenant nécessaire de fonder un comité de défense de la langue française contre.

.....


code de nouvelles: 70856  |  Le Point
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler