×
24 21.05.2019 14:25:02 14:25

La France de Macron dans l'oeil des médias  européens

Cette photo a fait bondir Emmanuel Macron le 5 février dernier. Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio posait au côté de gilets jaunes dans la ville de Montargis. « Ingérence » a rugi le Quai dOrsay avant de rappeler, pour quelques jours, lambassadeur de France en Italie. Vu de Paris, cet incident diplomatique est une énième passe darme entre un président français désireux de se poser en chef de file des progressistes européens et ses adversaires déclarés de la coalition extrémiste italienne.

Vu de Rome, il sagissait surtout dune manifestation de la rivalité entre Luigi Di Maio, le leader du Mouvement Cinq étoiles, et lautre vice-Premier ministre, plus connu, le leader de la Ligue Matteo Salvini.Et puis, il y a une troisième analyse, celle de Stefano Montefiori, le correspondant à Paris du quotidien « Corriere della Sera » : « Ceux qui en Italie promeuvent le rétablissement des frontières viennent en France à des fins de politique intérieure.

Lespace politique est en fait devenu européen », veut-il croire. Le meeting conjoint de Matteo Salvini et Marine Le Pen, samedi à Milan, tend à lui donner raison. Comme la présence sur la liste LREM aux élections européennes du 26 mai de Sandro Gozi, ancien membre du gouvernement Renzi. Expliquer pour éviter les malentendus entre les peuples Comme il est souvent reproché aux Français dêtre autocentrés, nous avons déporté le regard, pour voir comment laction européenne de la France est perçue.

Non pas dans les autres capitales de lUE mais chez des personnes à la position singulière : les correspondants à Paris de grands médias européens. Ils doivent expliquer lHexagone aux lecteurs de leurs pays dorigine et ce nest pas toujours simple.Quils vivent à Paris depuis de nombreuses années ou se soient installés plus récemment, ils sont à même de faire le tri entre les reproches fondés sur la réalité et les clichés.

Certains se sentent investis dune mission : « Expliquer pour éviter les malentendus entre les peuples », confie Georg Blume, le correspondant de lhebdomadaire allemand Die Zeit. Beaucoup sont amoureux de la France, tous sont proeuropéens et aucun ne prétend à lobjectivité de son témoignage. Cest précisément laddition de ces subjectivités qui nous a paru riche denseignements.

Macron et Le Pen, les seuls connus en EuropeQuelques constats les rassemblent : la France intéresse leurs médias mais leurs lecteurs ne connaissent que deux politiques français, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Il arrive que ces correspondants placent un sujet sur dautres formations politiques mais leurs rédactions ne sont pas demandeuses.

La raison pour laquelle on nen parlera pas ici.Quant au combat « progressistes contre nationalistes » qui a été porté par le président français, il a trouvé un écho en Italie, bien sûr, mais aussi en Suède et aux Pays-Bas, où la percée de lextrême droite est notable. « Tout bouge en Suède. Lextrême droite est à 17 %, et les chrétiens-démocrates nexcluent plus de discuter avec elle depuis.

.....


code de nouvelles: 72020  |  Les Échos
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler