×
7 21.05.2019 21:45:01 21:45

Elections européennes : comment intox et boules puantes polluent le scrutin

Il y a deux campagnes parallèles en vue des élections européennes du 26 mai. La première est tout ce qu’il y a de plus officielle : elle oppose 34 listes de 79 candidats qui défendent leur projet pour le continent. Elle est faite de réunions publiques, de débats télévisés ou encore d’affiches et de tracts.

Elle prendra fin vendredi 24 mai, laissant une courte période de trêve aux électeurs pour faire leur choix. Mais il y a aussi une seconde bataille, plus difficile à saisir. Dans cette autre campagne, ce ne sont plus seulement des mouvements politiques et leurs soutiens qui s’affrontent. Ici, il n’est plus question de porter un programme politique mais de démolir ses adversaires par un travail de sape quotidien.

« Privilège » des femmes et des hommes au pouvoir, ce sont eux les principales cibles. Fausses informations, vieilles polémiques, rumeurs… Tout le problème que pose ce phénomène est qu’il peut sembler bien loin des enjeux européens et du débat politique tout court. Ce sont par exemple des messages affirmant qu’Emmanuel Macron et Edouard Philippe auraient été « écroulés de rire devant Notre-Dame » de Paris après l’incendie de la cathédrale, sur la base d’images sorties de leur contexte.



De nombreux internautes ont partagé des images d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe prétendument « écroulés de rire » en arrivant à Notre-Dame de Paris, sur la base d’images détournées de leur contexte. Facebook.com Ce sont aussi des publications qui affirment à tort qu’un dirigeant du Stade rennais aurait « mis un vent » au chef de l’Etat lors de la remise de la Coupe de France de football.

Ou encore une rumeur qui fait croire que la mère d’un des soldats tués au Burkina Faso début mai aurait repoussé la main d’Emmanuel Macron lors de la cérémonie d’hommage aux Invalides – elle était en fait souffrante à cause d’une épaule fracturée, comme le précisera son époux. Le phénomène est loin de se limiter aux fausses informations au sens strict du terme, jouant avec la zone grise entre le « vrai » et le « faux ».

On y trouve par exemple de vraies informations sorties de leur contexte. Ainsi de la proposition de Bruno Le Maire de contrôler les comptes bancaires des bénéficiaires du RSA. Il en parlait pendant la primaire de la droite en 2016 ; sa proposition est désormais mise en avant comme un repoussoir en pleine campagne pour les européennes, quand bien même le gouvernement auquel il participe aujourd’hui ne l’a jamais reprise à son compte.



De la même manière, on ravive d’anciennes polémiques, comme celle sur les écrits et propos anciens de Daniel Cohn-Bendit sur la pédophilie. Qu’importe si l’homme politique n’est pas candidat au scrutin du 26 mai : puisqu’il soutient le gouvernement, les critiques à son encontre éclaboussent aussi la candidature de Nathalie Loiseau.

. Dans le lot, on trouve encore des rumeurs de caniveau comme.....


code de nouvelles: 73230  |  lemonde
Toutes les nouvelles ont été recueillies par AllFrenchNews Crawler